Accueil ▷ Actu ▷ Eq. de France ▷ Attention

Attention

À l’heure où, une fois n’est pas coutume, tous les médias encensent l’équipe de France masculine de volley, il est de notre devoir de rester réalistes.

Eq. de France

Crédits photo : DPPI MEDIA


Le 2 janvier 2016

 

Ce qu’ils ont fait, remporter coup sur coup la Ligue Mondiale et l’Euro, est historique, héroïque et remarquable. Toutefois, et les joueurs comme le staff le répètent à l’envi, l’objectif principal est les Jeux Olympiques. Pour deux raisons principales : d’une part aller aux Jeux est un rêve pour tout le monde, y compris les acteurs de cette team Yavbou, d’autre part un résultat à Rio serait la meilleure des vitrines pour le volley-ball français.

Seulement voilà il nous paraît opportun de rappeler à quel point le chemin est sinueux pour y parvenir. Un tournoi à huit équipes dont le vainqueur obtiendra le graal, et les deux suivants seront repêchés pour participer à un autre TQO. Lequel ne sera pas si relevé que celui-ci (on rappelle : Russie – champions olympiques –, Pologne – champions du monde –, France – champions d’Europe –, Allemagne – organisateurs –, Serbie – deuxièmes de la Ligue Mondiale 2015 –, Bulgarie – demi-finalistes du dernier Euro –, Belgique – qui vient de nous battre chez nous 3-0 –, et Finlande), mais sera encore plus décisif car aucun repêché, même si trois tickets, au Japon.

L’importance de l’entrée en matière

Les Bleus, qui affronteront d’emblée la Russie, devront être forts dès le début. Il n’y aura pas de match « de chauffe ». S’ils perdent contre les Russes, une épée de Damoclès planera au-dessus d’eux pour les deux rencontres à venir contre la Finlande et la Bulgarie. En effet une deuxième défaite en poule les placerait à 90% au-delà de la deuxième place, qualificative pour les demies, et officialiserait, de fait, une non-participation aux JO 2016.

En soi, une défaite contre les champions olympiques en titre ne serait pas si aberrante. Elle n’étonnerait ni les bookmakers ni certains spécialistes de la discipline. Mais nous pensons que les Français tomberaient des nues. En effet, les ayant vus tout gagner, nous ne nous attendons à rien d’autre que cinq victoires en autant de matches. Attention, Laurent Tillie l’a dit à demi-mot, c’est sans doute le tournoi le plus relevé de l’histoire du volley ; il a raison.

Être performant toute la semaine

Un billet pour les Jeux dès janvier pour une équipe européenne, ça se mérite (aux yeux et à l’esprit vénal des élus de la FIVB). Il faut tout gagner ou presque. Seule une défaite en poule peut s’avérer sans conséquences. Les joueurs en sont capables et nous sommes persuadés que le staff saura trouver les mots pour les motiver, mais il serait dommage qu’ils s’enorgueillissent des louanges de l’environnement et qu’ils arrivent « les mains dans les poches » à Berlin. Si l’équipe de France n’arrive pas dans les trois premières équipes du TQO, on pourra pleurer pendant quatre ans.

Alors, concluons cette légère mise en garde par nos encouragements les plus sincères : que la motivation, le talent et l’énergie soient tous réunis pour vous guider vers la victoire ; que la chance et le hasard, souvent déterminants, soient en votre faveur dans les moments clés ; que les supporters tricolores soient tous derrière vous et qu’ils s’enthousiasment, en Allemagne ou sur leur canapé, le 10 janvier, pour votre victoire au tournoi qualificatif pour les Jeux Olympiques de Rio.

 

Programme  (tous les matches seront retransmis sur l’Equipe 21) :

  • 6 janvier : FRANCE vs RUSSIE (20h30)
  • 7 janvier : FRANCE vs FINLANDE (20h30)
  • 8 janvier : FRANCE vs BULGARIE (17h00)
  • 9 janvier : demi-finales (16h30 et 19h30)
  • 10 janvier : match pour la troisième place et finale (13h30 et 16h30)


À découvrir en vidéo


En haut ↑