Accueil ▷ Actu ▷ Ligues Pro ▷ Avant la phase retour

Avant la phase retour

La Ligue A remet les pieds sur les parquets dès ce soir. Ça va encore se crêper le chignon pour grappiller quelques points, ne pas en perdre et surtout en laisser le moins possible à son adversaire


Le 3 janvier 2015

Notre bilan

Ça bataille ferme en Ligue A, en tête du classement comme en queue de peloton. Rien n’est encore joué. Pas le droit aux coups de fatigue, ni aux contre-performances sous peine d’être vite distancé.

La 13ème journée n’ayant rien arrangé à la grande pagaille de ce championnat, nous revoilà dans l’indécision totale : parieurs perdus, supporteurs peu rassurés et fans déboussolés. Bref, impossible de pronostiquer quoi que ce soit à chaque journée, même plus une victoire de Cannes. Alors il faut suivre, se renseigner, sonder et tenter le diable.

La tête de course

Plutôt en danseuse dans ce championnat, et mis à part une défaite surprise contre Chaumont (?), l’AS Cannes a réglé le compte de tous les favoris. Une équipe très homogène, solide en réception et surtout en bloc/défense. Le retour de Castard en grande forme sur la fin de première phase a offert une possibilité supplémentaire à l’entraîneur serbe, qui gère le collectif le plus étoffé de Ligue A. Autre point à signaler, Cannes ne joue plus que le championnat après son élimination contre Paris en coupe de France.

Paris, d’ailleurs, qui colle aux basques des Cannois, et reste fidèle à son rang. Pas de surprise particulière avec seulement 4 défaites contre des équipes du haut de tableau. Attention toutefois au coup de fatigue ou à la blessure, pour cette équipe qui est encore sur tous les fronts et sans beaucoup de rotations possibles.

Le peloton

Dans le peloton « play-offs », ça joue sévèrement des coudes. Chaque équipe ayant ses moments forts et ses moments faibles. Si Tours est plutôt décevant, le retour aux affaires de David Konecny va changer la donne. On attend donc des Tourangeaux plus percutants en 2015.

À Toulouse, on semble avoir trouvé la formule. Thibault Rossard mi-pointu, mi-AR et Miroslav Gradinarov mi-AR, mi-pointu. Bref, une sombre histoire de réception, mais qui semble être réglée côté Spacer’s.

Réception réglée également côté ajaccien, mais ce n’est malheureusement pas le cas de l’attaque. Les Corses manquent à notre goût de solutions offensives après défense (leur point fort !) où la Simovski-dépendance se fait sentir. Il a intérêt de rester en forme !

Lyon et Sète reviennent d’un début de saison compliqué, mais les machines semblent lancées. Raic à Sète et Nikolov à Lyon envoient régulièrement du bois pour réchauffer leurs chaumières respectives. Des collectifs physiques (c’est Hubert qui le dit !) qui ont pris leurs marques et seront des sérieux prétendants à la phase finale.

Et puis il y a Beauvais, capable du meilleur comme du moins meilleur, à la merci des éclairs de génie de son distilleur en chef Franck Depestele, mais surtout à la merci de la DNACG. Une histoire qui ne fait pas du bien au volley-ball français même si sportivement, Medei semblait avoir trouvé la formule. L’affaire est maintenant (aussi et surtout) financière et administrative.

En chasse-patate

Saint-Nazaire doit composer avec l’absence de nombreux titulaires cette saison. Des performance d’ailleurs en adéquation avec l’enchaînement des formules adoptées par Gilles Gosselin, c’est-à-dire en dents de scie. Le dernier changement en date, la titularisation de Théo Morillon au poste de libéro qui a bien fonctionné contre Sète lors de la 13ème journée.

Même combat pour Chaumont, qui vient de recruter un joker médical camérounais, pas vraiment connu pour triller les lentilles. Cela va certainement changer la donne pour le club de Haute-Marne qui peinait à enchaîner les performances. Nous suivrions donc attentivement le retour de Ndaki Mboulet en Ligue A.

Le grupetto

Montpellier, Narbonne et Nantes. Si les deux premiers ont dû gérer plusieurs blessures, le troisième peine encore à trouver la formule mais surtout à créer une âme. Un groupe nantais solide sur le papier que Martin Demar ne parvient pas à faire jouer ensemble.

Cependant, notre constat est le même pour ces trois équipes : elles peuvent faire mal lors de la phase retour. Montpellier va enregistrer les retours de Le Goff et Lyneel, qui, s’ils ne seront pas au sommet de leur art, auront faim de ballon et seront bons pour la confiance. Idem à Narbonne, où les cuissots de Falasca commencent à refaire parler d’eux, avec notamment une belle performance contre Nantes à la dernière journée (23 points). Et Nantes, enfin, qui n’est pas à l’abri de trouver son rythme et d’exploiter le potentiel de ses joueurs.

La voiture-balai

On y a cru un court instant pour Tourcoing, mais là, sincèrement, ça va être difficile. Cette équipe n’a clairement pas été au niveau sur ses deux derniers matches où seuls Seppanen et Coric étaient à la hauteur de la division. Yoyo en vue.

Pour finir

Loin de nous l’idée de semer le doute dans vos esprits éclairés, mais à titre d’information, nous vous rappellerons que Toulouse a terminé l’exercice précédent à la 4ème place en étant avant-dernier à la 15ème journée et qu’à l’inverse, Narbonne était en play-offs à la fin des matches aller pour finir relégable en fin de saison. Alors, à quoi sert ce bilan ?

Le classement

#ÉquipePtsMJGP
1Sète0000
2AS Cannes0000
3Chaumont0000
4Ajaccio0000
5Montpellier0000
6Nantes Rezé0000
7Narbonne0000
8Nice0000
9Rennes0000
10Tourcoing0000
11Toulouse0000
12Poitiers0000
13Tours0000


À découvrir en vidéo


Commentaires fermés.

En haut ↑