Accueil ▷ Initiatives ▷ CEP Poitiers Saint-Benoît : Com’, innovation et mélange des genres

CEP Poitiers Saint-Benoît : Com’, innovation et mélange des genres

Récemment arrivé dans notre boîte initiatives, un mail du CEPSTBE. L’objet ? « Le CEP Poitiers Saint-Benoît soigne sa communication » Nous avons voulu en savoir plus sur les innovations proposées par le club en matière de com’. Initiative…

Initiatives Equipe de N1 du Poitiers Saint-Benoit Volley-Ball

Photo G. Troubat


Le 4 mars 2015

 

« Je soutiens les femmes d’avenir ! »

Telle est la maxime qu’arbore l’équipe phare du CEP Poitiers Saint-Benoît, actuellement pensionnaire de la Division Élite Féminine (DEF). Une équipe, dans l’ombre des sports masculins de la ville, notamment du volley et du basket.

Alors, comment se faire entendre, se faire voir, défendre les valeurs et la spécificité du sport féminin ?

Innover, communiquer, et mélanger les genres, voilà les initiatives choisies par le club de la Vienne pour développer son projet.

COMMUNIQUER, POURQUOI ?

Damien SALLE, manager du club nous explique : « L’objectif du club n’est pas d’accéder au niveau supérieur, en Ligue AF, la ville de Poitiers ne pouvant accueillir trop de clubs au haut niveau. L’idée est donc de s’installer durablement en DEF, pour nous permettre de proposer une ascension sportive intéressante à nos joueuses : équipes jeunes, Nationale 3 (équivalente à un centre de formation), et enfin DEF. »

Mais le club formateur des frères Ngapeth et d’Antoine Brizard notamment souhaite aussi, par la communication, développer l’école de volley, accentuer le travail avec les écoles pour devenir un club leader de la formation dans la région. Dans ce but, le club recherche par ailleurs un entraîneur/éducateur qualifié pour développer cette filière.

COMMUNIQUER, COMMENT ?

L’innovation et le mélange des genres, c’est le cocktail choisi par le CEPSTBE pour braquer quelques projecteurs sur le club, attirer le public, de nouveaux joueurs et joueuses et par la même, des investisseurs et partenaires privés.

Tenter ce que les grands clubs installés dans leur confort et leurs certitudes n’oseront pas faire

Samuel Boutin, le responsable des nouveaux projets de communication développe : « Si le projet ne s’inscrit pas dans une zone de non-présence de sport de haut niveau masculin, seule une volonté affirmée des pouvoirs publics ou l’aide d’un gros sponsor mécène peut permettre au sport féminin de décoller. À ce titre, il est difficile d’imposer un club de haut niveau féminin. Par conséquent, ce n’est que par une communication innovante, par des actions différentes mélangeant sport/musique, sport/culture que nous pouvons parvenir à créer l’événement, nous faire connaitre et développer le partenariat privé.

Nous devons avoir la volonté de tenter ce que les grands clubs installés dans leur confort et leurs certitudes n’oseront pas faire. »

LE MÉLANGE DES GENRES

13 février 2015 : La nuit du  volley Faceback

Lancement, et point fort de la campagne, la nuit du volley Faceback mêle volley-ball et réseaux sociaux. Un concept sport/rencontre, principalement organisé par l’équipe des moins de 20 ans, où l’objectif est de créer un évènement permettant aux débutants, amateurs, joueurs et joueuses confirmés de se retrouver et d’échanger autour de deux vecteurs : le volley-ball, bien entendu, et le statut Facebook : « L’idée principale est que chaque joueur notifie son statut Facebook durant la phase de pré-inscription. Le jour du tournoi, il reçoit alors un teeshirt dont la couleur dépendra de ce statut : célibataire ou en couple. Plus tard, lors de la soirée qui suit le tournoi, nous lui attribuerons un bracelet qui correspondra plus précisément aux statuts possibles : célibataire, en couple, marié, c’est compliqué… ».

Autre spécificité de cette nuit du volley, la soirée de clôture, qui met également un point final à l’appel aux dons, lancé par le club plusieurs semaines auparavant. Là encore, ce seront les « body painters » qui feront le show, pour un nouveau mélange : art/sport.


Des célébrités, de l’image et de nouveaux supports

Earvin n’a jamais oublié d’où il vient, quand je fais appel à lui, il répond toujours présent pour soutenir son club d’enfance.

Si les évènements font partie intégrante de la stratégie de communication, facilitant ainsi les rencontres entre joueuses, joueurs, public et partenaires, le CEPSTBE souhaite innover en matière de support, afin de faire découvrir la discipline, le club et transmettre des messages. Ainsi, Earvin Ngapeth, premier ambassadeur du club, star de notre discipline, et passé par le CEP, a apporté son soutien par un message vidéo. « Earvin n’a jamais oublié d’où il vient, quand je fais appel à lui, il répond toujours présent pour soutenir son club d’enfance. » nous confie Samuel.

Mais ce n’est pas le seul : « Associer des célébrités françaises telles que Kyan Khojandi (artiste, créateur et acteur de la série « Bref »), Jeff Panacloc (humoriste et ventriloque) ou Vanessa Caffin (journaliste, auteur), s’inscrit dans cette stratégie, séduits qu’ils ont été par le coté innovant de nos événements qui mélangent les genres. » Mais le travail ne s’arrête pas là : « Il faut en permanence tester et trouver de nouveaux support : des vidéos, mais aussi des affiches innovantes qui peuvent attirer l’attention et permettre de remplir le gymnase et l’école de volley. » À ce sujet, le club lance une série de vidéos embarquées sur les joueuses à l’entrainement, pour vivre le volley à travers les yeux des femmes d’avenir  (ça bouge un peu quand même !).

Le mélange sport/culture

Dans la lignée du mélange des genres, le club associe l’ADIV et Hero Corp dans cette stratégie. Un match d’impro entre ces deux troupes de comédiens pour illustrer le mix sport/culture, avec notamment la présence de Simon Astier (acteur, réalisateur et scénariste français) dans les rangs d’Hero Corp.

LES PROJETS À VENIR

Pour finir, et concernant les projets futurs, Samuel nous confie : « D’autres projets sont en cours de réalisation et toujours avec le même objectif, créer un événement différent de ce qui existe afin de promouvoir le sport féminin, et le volley en particulier. En tout cas faire parler de lui dans un secteur très concurrentiel (SPVB, Poitiers basket, TTAC). Et pourquoi pas, à terme, une association avec le SPVB pour créer des évènements en commun et des journées volley, avec en ouverture le match de DEF, et en suivant, celui de Ligue B (bientôt Ligue A 😉 ). »

Une initiative signée CEP Poitiers Saint-Benoît, pour le développement le volley féminin, et de ses « femmes d’avenir ».

Suivez le CEP Poitiers Saint-Benoît :

Site Web : www.cepstbe.com
Facebook : Cepstbe-Femmes-dAvenir
Youtube : Chaine Youtube



À découvrir en vidéo


En haut ↑