Accueil ▷ Tournoi ▷ Des Catalans à l’ancienne

Des Catalans à l’ancienne

Que s’est-il passé au tournoi des Catalans cette année ?


Le 16 juillet 2015

 

Si nous vous avons conté la semaine dernière l’histoire du club des Catalans, il est grand temps maintenant de s’atteler au sportif ! Et du sport, il y en a eu. Trois jours de volley-ball, et surtout de 3×3, sur la petite plage de Marseille qui a rassemblé de nombreux badauds à sa mythique barrière.

Pour ceux qui ne connaitraient pas la formule, les Catalans c’est 12 équipes sur un seul terrain. Deux poules de 6 dont les 4 premiers sortent, pour croiser ensuite en quart-de-finale. Des matches en 25 pour la phase de poule, en 30 pour les quarts (tradition oblige) et 2 sets gagnants en 21 pour les demies et les finales. Même combat chez les garçons comme chez les filles.

Mais les Catalans c’est surtout un filet haut, du sable mou, un terrain grand, du mistral et peu de place pour servir. Des conditions qui, à première vue, semblent avantager le physique, mais qui finalement ont préféré l’expérience. Voici l’histoire…

Place aux anciens

Dans ce mini-four marseillais, on s’attendait à voir briller la fougue des jeunes triplettes Lacassie, Peironet, Lacombe, vainqueurs de l’édition précédente, ou des frères Rossard, victorieux à Nice et associés à Robin Riblet, ou encore de celle composée de Corentin Suc, Tom Riblet et Alexis Farjaudon.

Que nenni, tout ce petit monde a gentiment sauté en quart-de-finale face aux plus expérimentés Corda, Marion et Martinez, ou Manu Ragondet, Micka Lapinta et Semi Benloucif, des habitués du tournoi, ou encore les locaux de l’étape, les Marseillais Bussière, Heymonet et Damez. Le dernier quart-de-finale fut une rude opposition à l’ancienne entre les Agathois Theule, Roques et Gleizes face à Barca-Cysique, Ramirez et Julien Conte. Une rencontre à sens unique où la roublardise et la vitesse de jeu de la triplette venue d’Agde a fait la différence, tout en douceur.

C’est donc un tableau final plutôt « expérimenté » que nous avons retrouvé en demie. Et si la première, opposant la Team Ragondet à la Team Heymonet, n’a guère laissé place au doute, les locaux ayant les faveurs du public, du jeu et surtout du terrain, l’autre partie du tableau fut une toute autre histoire. Dans un match acharné où les Agathois n’ont rien lâché, c’est finalement la Team Corda qui s’impose, 2 sets à 1, Quentin Marion ayant dominé les débats au filet.

Une Team Corda qui parviendra à remporter la mise en finale, Ricardo Martinez, dit Fuego, ayant décidé d’envoyer du lourd au service, contrecarrant ainsi les plans des trois Marseillais qui connaissaient pourtant ce terrain par cœur.

Sur le terrain 2

Pas vraiment de surprise dans le tableau féminin, où la daronne de la plage, Marion Castelli, s’est une nouvelle fois imposée en compagnie de Caro Reb, véritable rat des sable, et Félicia Menara, machine à block reconnue.

Si Élodie Vigreux, Céline Gemise-Fareau et Charlène Avondo sont passées à la trappe in extremis en quart-de-finale face à la tribu Kirghize des Catalans, c’est surtout la défaite en poule de Mathilde Giordano, Eva Hamzaoui et Margot Lemoigne face aux futures finalistes Laure Embry, Manon Rebuffel et Manu Desaint qui a été une surprise (plus sur le papier que dans le jeu d’ailleurs). Pourtant promises à la finale, elles se sont donc heurtées à la Team Castelli en demie, qui ne leur a guère laissé trop d’espoir.

Dans l’autre demi-finale, Laure Embry et les siennes ont également pris le pas sur les locales Johanne Bertoncini, Irina Vasilenko et Asia Emibelkova, assez facilement par ailleurs. Ce qui ne fut pas le cas en finale où l’équipe Castelli, Reb, Menara n’a pas semblé en danger un seul instant.

Les tableaux

Tableau final masculin

 Tableau Catalans volley masculin 2015

Tableau final féminin

Tableau Catalans volley feminin 2015

>> Retrouvez tous les résultats des principaux tournois sur notre page 3×3.



À découvrir en vidéo


En haut ↑