Accueil ▷ Chronique ▷ La vista d'Hubi ▷ La vista d’Hubi #1

La vista d’Hubi #1

Hubert Henno n’est plus à présenter pour les afficionados que vous êtes… 38 ans, encore un des tout meilleurs libéros de la planète, et des projets pour l’avenir. Pour justVolley, il offrira régulièrement sa vision des choses, de manière engagée et partiale : sa vista. Benvenuto Hubi!


Le 2 janvier 2015

 

Hubert Henno n’est plus à présenter pour les afficionados que vous êtes… 38 ans, encore un des tout meilleurs libéros de la planète, et des projets pour l’avenir. Pour justVolley, il offrira régulièrement sa vision des choses, de manière engagée et partiale : sa vista. Benvenuto Hubi!

La Ligue A

Dans le volley actuel et moderne, le physique a pris le pas sur la technique dans tous les fondamentaux, surtout au service et au bloc. Les gabarits sont devenus plus grands et plus agiles, et dans le championnat français, les équipes ayant ces caractéristiques ont percé, ce qui est le cas de Sète et de Lyon, avec notamment des passeurs très physiques (Gonzalez et Toafa), ce n’est donc pas un hasard. Sète développe ce côté batailleur qui fait sa marque de fabrique depuis des années, un peu comme Toulouse d’ailleurs, alors que Lyon a clairement visé sur l’expérience des Nikolov, Van Lankvelt ou Gonzalez, qui est payant cette année quand ils sont bien préparés physiquement.

À mi-saison, si je devais pronostiquer un champion de France, ce serait Paris. Je les avais déjà mis champions l’an dernier, mais c’était avec un Maric en pleine forme. Cette année, avec Gjorgiev, ils ont une arme de premier plan avec un collectif très complémentaire. Le seul bémol est la limite du banc et pas assez de rotations pour reposer les titulaires ou faire face à des blessures (hormis Brizard et Frango). Ne pas oublier que la Ligue des Champions demande beaucoup d’énergie et à un moment Paris le paiera physiquement, mais le bon Christian Kapfer va remédier à ça !

Pour Tours, la question est différente (c’est à la fin de la foire qu’on compte les bœufs !!!). Leur classement est tronqué d’une part par la blessure de DK, qui est leur métronome absolu, au début du championnat, et d’autre part par l’acclimatation difficile d’Antonov, mais je reste persuadé qu’à la fin on les verra en finale contre Paris s’ils ne se rencontrent pas avant.

La Ligue des Champions

La Champions, comme on l’appelle ici. On s’y est mis nous-mêmes (NDLR : Lube Treia) en danger en perdant en Turquie à la première journée alors qu’on avait le match en main. Maintenant c’est devenu très homogène, il nous reste deux matchs couperets avec l’obligation de les gagner, ce qui ne sera peut-être pas non plus suffisant pour passer le tour !!!

Je ne suis pas surpris par Paris que j’avais pronostiqué avec au moins une victoire contre les Turcs. Je préconiserais, pour la suite des tirages de la compétition, un bon « serpentin » avec têtes de série selon le pays pour éviter d’avoir des poules trop fortes d’un côté et d’autres carrément faibles pour privilégier le spectacle lors des play-offs.

La Lega Pallavolo Serie A

C’est le championnat d’Italie, celui dans lequel je joue depuis huit ans ; la bataille y est encore plus rude pour le titre. S’il est certes moins homogène qu’en France, le niveau des équipes de tête est à mon avis plus élevé, grâce notamment à une professionnalisation du volley qui n’existe pas dans l’hexagone.

Il y a trois ou quatre équipes qui peuvent jouer le titre (Trento, Perugia, Macerata et Modène), mais il n’y a pas de favori, même si en ce moment Trento a un petit avantage car plus en forme. Modène a fait une première partie de saison tonitruante avec un calendrier favorable, mais seuls Bruno et Earvin sont les thermomètres de ce groupe jeune et ambitieux.

Les Français de l’Equipe de France

Vivin, dit Klima le rappeur du 86, est un phénomène (NDLR : Earvin NGapeth). Il est dans le top 5 des RA dans le monde, il a fait des CM d’un très, très grand niveau et a porté l’EDF quasiment à la finale avec notamment une demi monstrueuse. La qualité du groupe France est indéniable et la suite peut être vue avec un grand optimisme ; en tout cas moi j’y crois. J’aimerais bien d’ailleurs leur faire profiter de mon expérience en rentrant dans le staff France.

Je suis triste pour Totti (NDLR : Benjamin Toniutti) au vu du traitement que lui ont réservé les Russes mais, ayant joué là-bas, croyez-moi, tu n’es que du bétail, tant que tu leur sers tout va bien, dès que tu n’es plus productif (l’étranger), c’est la PORTE !!! et sans conditions… J’espère juste qu’ils vont honorer son contrat (indemnité de départ) ; Kazan est un club sérieux et riche donc ils n’auront pas de problème pour payer mais le feront-ils ? C’est une autre question. J’ai lu qu’il pouvait rebondir en Iran 🙁 Je suis surpris, j’aurais plus vu un retour en Italie ou pourquoi pas en France, qui sait ! En tout cas, la vie d’un athlète n’est pas de tout repos, la preuve en est…

Quant à Kevin (NDLR : Kévin Le Roux qui joue en Corée), c’était clairement un choix économique qui ne se refusait pas. Piacenza avait des problèmes financiers et donc l’opportunité était à saisir, mais j’espère que l’an prochain il reviendra dans un championnat plus compétitif pour lui permettre de progresser davantage et de devenir pourquoi pas un excellent, si ce n’est le meilleur, pointu du monde.

Ciao



À découvrir en vidéo


Commentaires fermés.

En haut ↑