Accueil ▷ Chronique ▷ La vista d'Hubi ▷ La Vista d’Hubi #2
Le Manager et l’Agent

La Vista d’Hubi #2
Le Manager et l’Agent

Non ce n’est pas le titre d’une fable de La Fontaine, mais bien le celui de la nouvelle Vista d’Hubi. L’œil avisé de ce grand joueur de volley français qui livre, pour justVolley, sa vision sur l’organisation des clubs, et les relations avec les agents


Le 18 février 2015

 

Hubert Henno n’est plus à présenter pour les afficionados que vous êtes… 38 ans, encore un des tout meilleurs libéros de la planète, et des projets pour l’avenir. Pour justVolley, il offrira régulièrement sa vision des choses, de manière engagée et partiale : sa vista. Benvenuto Hubi!

Aujourd’hui, le monde du volley se professionnalise de plus en plus. Cette professionnalisation emmène avec elle le développement de deux métiers prépondérants à ce développement : le Manager et l’Agent. Au fil de ma carrière, et avec l’expérience, j’ai appris à appréhender l’importance de ces métiers.

Le Manager

L’existence d’un Directeur Sportif ou Manager est fondamentale dans un club de ligue professionnelle. En France, à part quelques exceptions (Tours, Paris, Cannes et Nantes notamment), ce poste est très rédhibitoire. Selon moi, les clubs doivent s’engager sur cet aspect car c’est un réel investissement. Souvent, les anciens joueurs s’y collent car ils ont des connaissances sur les joueurs ou clubs étrangers : c’est une bonne chose.

C’est impossible de tout gérer !

Il ne faut vraiment pas voir ça comme un poids ou un TROU dans le budget. À terme, le manager peut te faire économiser et optimiser le côté sportif du club. Carrément, dans certains clubs, l’entraîneur fait office d’adjoint, de statisticien et de manager ! C’est impossible de tout gérer !! Pour moi, il faut déléguer, avoir des avis extérieurs pour se remettre en question et se décharger.

À l’étranger, notamment en Italie, le poste est très développé. Il y a une hiérarchie bien précise : le PRÉSIDENT qui est le décisionnaire, le MANAGER qui s’occupe du recrutement et fait tampon avec le président, l’ENTRAÎNEUR qui est leader du sportif et c’est comme ça que ça marche.

Le Manager

Le Manager doit régler les problèmes extra-sportifs

Son travail doit être la relation entre le club et l’agent : trouver des solutions financières et développer l’aspect sponsors/partenaires également. Être en relation avec l’entraîneur fait partie intégrante de ses attributions. Ils doivent collaborer dans le choix des joueurs mais aussi et surtout régler les problèmes extra-sportifs de ceux-ci.

Les Agents

Les agents sont une bonne chose, car ils permettent de traiter avec le Manager et lui donner des solutions en accord avec le staff technique. Ce ne doit ABSOLUMENT pas être le contraire !! Dans certains clubs, ce sont carrément les agents qui font le recrutement et les clubs leur font confiance ! En France, notamment, où la notion de Manager n’est pas de coutume.

L’agent doit être au service du club

L’agent doit être au service du club. Une négociation doit avoir lieu, bien entendu, mais ne doit pas être à sens unique, à l’instar de Mino Raiola ou Jorge Mendes dans le foot, qui sont omnipotents au PSG, au Real ou à Barcelone… mais bon, on parle de joueurs à 100M !

Prendre un agent est quelquefois une nécessité car tout le monde n’est pas un “négociateur”, ne parle pas la langue ou autre chose. Il est donc intéressant dans ce cas-là de se faire représenter, mandater lors des tractations avec les clubs. Pour ma part, j’ai un agent italien (Luca Novi) avec qui je travaille depuis plus de 10 ans. Il s’occupe des contrats et de me trouver des alternatives uniquement à l’étranger. Il est très bien implanté dans le business et a beaucoup de touches avec les clubs. C’est primordial pour un agent d’avoir du réseau.

Il est aussi possible de se donner des coups de pouces entre joueurs. Quand je peux aider un pote, je n’hésite pas, mais ça ne m’est jamais venu à l’idée de prendre une commission. Le métier d’agent est compliqué, il faut du temps, de la patience, de la disponibilité et être très près de ses joueurs, pas simplement encaisser.

Un petit conseil ?

Le danger serait de s’affilier à un “pote” qui se dit agent ou un n’ayant pas de réseau dans le volley, voire tout simplement un légal venant se présenter comme agent ; ça aussi ça arrive. Un conseil serait de cibler les pays dans lesquels le joueur souhaite aller, se renseigner auprès de joueurs ayant déjà joué dans ces championnats, et par la suite leur demander qui était leur interlocuteur.

Un agent n’ayant pas beaucoup de joueurs peut être un avantage car il ne s’occupe que de toi mais cela veut dire aussi qu’il n’est pas forcément compétent pour avoir plus de joueurs. Donc le conseil majeur serait de se renseigner sur sa fiabilité.

Pour les jeunes, en règle générale, un proche de la famille se déclare souvent comme porte-parole. En France, il n’y a pas de marché d’agent, donc les jeunes se dirigent vers l’agent du pote. C’est la réalité, il n’y a pas de rivalité entre les agents comme en Italie ou certains s’arrachent les perles ou pépites. Je conseillerais surtout de bien se renseigner auprès des éducateur, des joueurs en reconversion près de chez eux et de cibler où ils voudraient aller.

Le secteur tend à se développer en France, la concurrence avec,  et il est important de se faire bien conseiller.

Ciao.

Hubert



À découvrir en vidéo


En haut ↑