Accueil ▷ Chronique ▷ La vista d'Hubi ▷ La Vista d’Hubi #4 – L’équipe de France

La Vista d’Hubi #4 – L’équipe de France

La campagne estivale des Bleus a démarré, avec au programme Ligue Mondiale, Jeux Européens et championnats d’Europe. Hubert Henno, réserviste de l’équipe de France A, revient avec sa nouvelle chronique sur léquipe de France de volley-ball. En avant pour la Vista d’Hubi #4 !


Le 5 juin 2015

 

L’équipe de France, plus qu’un symbole

L’équipe de France, c’est pour moi l’apothéose, la gratification pour un volleyeur, la fierté de représenter ton pays et tout ce que ça comporte. On dit que cette équipe n’appartient à personne, et c’est vrai. Les joueurs viennent et passent, mais l’institution reste. On se doit d’être à 100% à chaque fois qu’on porte le maillot.

L’équipe de France, c’est pour moi l’apothéose

Dans cette équipe, chaque poste est important. Des joueurs au staff, du statisticien à l’entraîneur principal. Chacun amène sa pierre à l’édifice et contribue à la réussite du groupe France. En 2009 (médaille d’argent aux championnats d’Europe) c’était la réussite du groupe, et pas seulement des titulaires. On vivait super bien ensemble (évidemment on gagnait), sur, et en dehors du terrain. Les remplaçants sont ceux qui tirent le groupe quand tu es fatigué, amènent de la vie, de la fraîcheur, surtout sur une compétition longue. Bien que souvent, dans une sélection, il faille s’appuyer principalement sur 7 joueurs, et que certains ne soient pas contents de leur sort, il faut savoir passer au-delà pour permettre au groupe de se bonifier. À un moment, tu vas être appelé, et tu dois répondre présent !!

Le groupe idéal n’existe pas

Le groupe idéal n’existe pas, mais le juste milieu entre des titulaires inamovibles et des joueurs prêts à les suppléer est primordial pour garder une saine rivalité entre tous. D’autant qu’il n’y a pas d’âge pour être appelé : que tu aies 20 ou 40 ans, si tu as le niveau, tu es sélectionnable. Après, le coach décide de t’incorporer ou non. Les choix ne sont jamais simples, il y aura toujours des malheureux. L’amalgame jeune/ancien me semble important, car il permet de tirer au maximum de chacun : l’expérience et l’insouciance.

Notre groupe France

Actuellement, l’équipe de France a un potentiel qui est certainement un des meilleurs qu’il y ait eu depuis des années. Tous les postes sont doublés, les joueurs jouent dans des grands clubs européens ou français, la relève est importante, donc c’est du BONUS. Nous avons effectivement une génération de talents et pas seulement 1 ou 2, comme souvent, mais 8 ou 9 !!! C’est incroyable, et il faut en profiter. Si en plus tu arrives à greffer 1 ou 2 éléments des générations passées ou futures, c’est le TOP.

Nous avons effectivement une génération de talents

La formation française est une des meilleures pour les jeunes. Le souci a toujours été le passage de junior à senior, et il est en train de se combler. Les joueurs doivent continuer à travailler et persévérer dans l’apprentissage du haut niveau.

Mon retour dans ce groupe

Mon retour a été une surprise totale, je ne m’y attendais pas. Laurent Tillie m’a demandé ma disponibilité en cas de blessure de Jenia (ce que je ne lui souhaite pas !). Le projet m’a enchanté et je me sens vraiment honoré de faire partie de la liste.

Le projet m’a enchanté et je me sens vraiment honoré

Quant à rentrer dans le staff de l’équipe de France, question que l’on me pose régulièrement, je ne me répercute pas aussi loin. À l’heure actuelle, je veux pouvoir aider au maximum le groupe par mon expérience et apprendre aussi au contact de personnes que je ne connais pas. J’ai encore beaucoup à apprendre.

Mon meilleur souvenir

Je finirais par un petit mot sur non meilleur souvenir… les championnats du Monde 2002 en Argentine et notre médaille de bronze. Ça a été le début d’une belle aventure, terminée en 2004 à Athènes (9ème place aux JO). Ça m’a fait connaitre au niveau international. Et on a aussi « inventé » le système de défense à la française, qui se perpétue.

À très vite pour ma nouvelle chronique !

Ciao.

Hubert



À découvrir en vidéo


En haut ↑