Accueil ▷ Actu ▷ Eq. de France ▷ Le coup bas de Bakou

Le coup bas de Bakou

Le jeu de mot est aisé, mais le match le fut beaucoup moins. Le tirage au sort a offert la Russie à la France, mais ce n’était pas un cadeau !


Le 25 juin 2015

 

À croire que le volley-ball est abonné aux formules obscures. Après des championnats du monde incompréhensibles pour les non-initiés, une Ligue Mondiale si difficile à décrypter, c’est au tour des Jeux Européens de Bakou d’ajouter sa pierre à l’édifice.

Pour ceux qui n’auraient pas suivi, l’équipe de France A’ termine deuxième de sa poule, avec une seule défaite 3 sets à 2 face aux Polonais. Une position normalement confortable et qui aurait dû permettre à notre jeune garde de croiser avec le troisième de l’autre poule, en l’occurrence, la Bulgarie. Sauf que… allez savoir pourquoi les quarts-de-finale ont été définis par tirage au sort pour les deuxièmes et troisièmes de poule. Dans cette mesure, quel est l’intérêt (l’avantage) de figurer deuxième de cette première phase ?

Certes, pour aller au bout, il faut battre tout le monde, dit-on. Certes, la Russie, adversaire des Bleus dans ce quart-de-finale, a perdu 3-1 en début de tournoi contre la Bulgarie avec qui la France aurait pu croiser…

Nous ne referons pas l’histoire. Nos jeunes Bleus se sont inclinés, non sans les honneurs, devant une équipe russe physico-physique.

Le double mètre de rigueur

Avec une moyenne de taille qui culmine à plus de 2m02, un pointu qui balance des sachets au service à plus de 115 km/h auxquels on peut ajouter les 2m10 de Vlasov injouable au centre… les Russes nous ont montré que la relève était bien là. N’en déplaise à notre vaillante équipe de France qui n’a pas su prendre les dessus sur son adversaire dans le money-time.

Pourtant, les Bleus sont parvenus à contenir la puissance des services soviétiques dans la bataille ô combien importante du service/récep. Mieux même, ils ont su chatouiller la réception russe durant une partie de la rencontre. Cependant, l’attaque de Quentin Jouffroy est sortie de quelques centimètres en fin de premier set. La défense française aurait pu être plus vigilante sur la balle de set du deuxième, après le bon service du même Jouffroy… Le haut niveau se joue sur des détails, nous l’entendons tous les jours, dans tous les sports, le volley-ball ne faisant exception à la règle.

Il aura également manqué un peu plus de percussion à la pointe, pour répondre aux assauts de Victor Poletaev. Le 6/25 de Jhon Wendt ne pouvant suffire à ce niveau-là.

Quoi qu’il en soit, ce parcours des Bleus est à féliciter, et présage du bon pour la suite. À l’image de l’équipe nationale de hand, qui nous montre à chaque compétition qu’elle sait intégrer de nouveaux visages, nos volleyeurs ont montré sur ce tournoi que la Team Yavbou avait un bel avenir.



À découvrir en vidéo


En haut ↑