Accueil ▷ Initiatives ▷ Le PUC81 : Hissez-haut, les FISO !

Le PUC81 : Hissez-haut, les FISO !

À l’approche de leur tournoi annuel dit « des Moustachus », nous avons voulu faire un clin d’œil au club du PUC81, soit l’entente entre les villes de Puygouzon et Castelnau-de-Levy dans le Tarn (81), pour en savoir plus sur leur 10ème édition du tournoi des FISO.

Initiatives FISO de volley-ball - Organisation

L'équipe d'organisation des FISO. Au complet ?


Le 26 juin 2015

 

Vous avez déjà entendu, ou entendrez peut-être, « Laissez passer le PUC ! PUC, PUC, PUC, PUC ! ». Un chant bien loin des lumières de leur homonyme de la capitale, fredonné (mais pas que) par saccades de deux, et un des symboles de l’identité de ce club tarnais.

Situé à quelques encablures d’Albi, l’entente Puygouzon – Castelnau-de-Levy Volley-ball cultive cette identité de « petit » club de village, familial, vivant et dynamique depuis de nombreuses années. Une de ces identités qui nous régale, qui fait vivre (ou survivre) le volley-ball, et naître les passionnés. Ici, les valeurs sont simples, à l’image des FISO, ce tournoi qui, depuis 10 ans maintenant, fait raisonner l’image du PUC81 dans le grand Sud-Ouest et même au-delà des frontières françaises.

Alors les FISO, qu’es aquò ?

Diminutif des Finales Inter-régionales du Sud-Ouest, ce tournoi de volley-ball regroupait à l’origine les 6 équipes masculines et féminines championnes dans les régions du grand sud-ouest : Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon, Aquitaine, Auvergne, Poitou-Charentes et Limousin. Après quelques années, le Limousin a été remplacé par une équipe invitée provenant de tout horizon, et notamment de Belgique ou d’Espagne.

Créé en 2006 sur une initiative de Frédéric BENABEN, il représente un évènement sans équivalence, propre au club, qui permet de véhiculer ses valeurs dans le sud-ouest et au-delà. Ce tournoi de 6×6 se joue sur un weekend, deux sites, et dans les conditions de compétitions correspondantes à une compétition officielle : arbitres officiels, table de marque…

Une organisation au poil, pour donner une image de qualité et de convivialité à ce tournoi toujours ponctué de belles surprises dont seul le PUC81 a le secret.

Quand riment rigueur et fête

« Si il y a bien un point sur lequel nous sommes intransigeants, c’est celui des horaires ! » annonce Frédéric BENABEN lors de la réunion technique. Une rigueur nécessaire et indispensable au bon déroulement du tournoi, qui permet d’une part de conserver la qualité de son organisation, et d’autre part de respecter les plus de 60 bénévoles qui veillent au grain et sont au four et au moulin pour chouchouter leurs hôtes.

Dès le vendredi soir, chaque équipe est reçue par son référent, qui la suivra tout le long du tournoi. Puis c’est la remise des t-shirts, présentation des équipes, pendant que mascotte, pancarte et chanson sont attribuées à chaque club.

Après, place au jeu, à la compétition, au spectacle, à la fête, aux rencontres, aux échanges et à l’art du bon vivre ! Chacun y trouve son compte des jeunes aux moins jeunes, des filles aux garçons (on le rappelle au passage, les 6 équipes féminines et les 6 équipes masculines participent à la même soirée !).

Au premier jour de compétition, et pour éviter les blessures, c’est un échauffement collectif, fait en musique par un professionnel. Entre les matches ? De la chorégraphie collective au concours de chiche, en passant par le classique « paquito » du samedi soir, rien ne manque à l’appel.

Plus qu’une récompense

Selon Laurent BESSIERE, organisateur en chef de l’évènement, cette compétition permet aux clubs participants de récompenser le bon parcours sportif de leur équipe, en bouclant la saison par une manifestation conviviale. Elle permettait également, avant la mise en place des tournois d’accession, de préparer les équipes aux joutes de la Nationale 3 en  jugeant leur niveau face à d’autres équipes accédant à la division supérieure. Mais c’est aussi l’occasion d’intégrer de futures recrues…

En réalité, c’est bien plus que tout ça. Cette compétition est devenue un véritable leitmotiv, une vraie finalité, un événement incontournable pour toute équipe qui y a déjà goûté. Mettre un pied aux FISO, c’est un peu comme une énorme grolle dans les 2 mètres : il plane ensuite comme un doux parfum de « reviens-y ».

D’ailleurs, nombreux sont ceux qui cravachent toute une saison durant, dans leur championnat de pré-nationale, dans l’espoir de tenter de décrocher le « Bouclier de Tachus », graal suprême du tournoi, inspiré bien sûr de la culture rugbystique, indétrônable dans la région.

 

Et le PUC81 dans tout ça ?

« Pour le club, les FISO amènent une image qui est véhiculée dans une grande partie de la France, ainsi qu’une reconnaissance de nos valeurs et de l’état d’esprit que nous avons toujours voulu suivre. Festivité, convivialité, compétitivité, qualité de l’organisation et surtout de nombreux moments de partage et d’échange. »

Des paroles qui illustrent parfaitement l’impression et les souvenirs qui restent à l’issue de ce tournoi.

Quant à la question « Ce format peut-il s’exporter dans d’autres clubs/régions ? », Laurent BESSIERE nous répond : « C’est possible mais il faut être conscient que ça demande une sacrée organisation avec pas moins de 60 bénévoles sur tout le WE pour faire tourner la compétition et gérer la restauration…. et puis une préparation en amont conséquente qui permettent d’obtenir un évènement sportif de qualité ! »

On tenait donc à souligner et féliciter cette belle initiative, les bénévoles qui l’accompagnent et qui permettent à la fois de vivre, et de partager le volley. Pour finir, comme l’exprime la maxime inscrite sur le bouclier : « L’âme d’un club se mesure avant, pendant, et après la compétition ».

Pour en voir, et savoir plus…

La rédaction



À découvrir en vidéo


En haut ↑