Accueil ▷ Chronique ▷ justVelu ▷ Le top 5 des exercices de reprise au volley-ball

Le top 5 des exercices de reprise au volley-ball

Depuis un mois maintenant, la saison de salle a repris ses droits, et avec elle, son lot d’exercices. Du nouveau ? Pas vraiment… Bienvenue au gymnase !


Le 23 septembre 2015

Exit les demies avant sur filets à 2m30, les feintes en 6 qui marquent le point, les collés-tenus-sucés et la bière entre deux defs (l’abus d’alcool est dangereux pour la santé). Exit aussi et heureusement, en cette rentrée 2015, après un bref et irritant interlude de n’importe quoi, les « je l’ai touché en bas ». Ça fait peut-être 10 ans que tu joues au volley-ball, mais 10 ans que tu te tapes la même préparation.

La rengaine habituelle. Du Mikasa jaune et bleu qui te pique les avant-bras, aux « steaks » sur les genoux et les hanches, symboles du retour du seigneur parquet sous les semelles, on y est ! T’étouffes déjà avec tes chaussettes et tes pompes dans ce gymnase surchauffé par la tôle en plexiglass. Il est bien loin le temps des tongs, de la douceur du sable, de la brise marine et du Wilson en mousse… Et comme si ça suffisait pas, tu sais déjà que ton coach t’a préparé ce qu’il a de mieux, son top de la préparation, de quoi te faire oublier pourquoi t’as franchi la porte de ce hangar taraflexé.

Alors le voici, notre top 5 des exos de reprise, ceux qui te les broutent épais, parce qu’avant de mettre ta première chiche pour impressionner les copains, il faudra en passer par là, même si tu sais que dans le fond, c’est pour ton bien.

1. Le passe et suit

Tu passes et tu suis. LE grand classique de la reprise. D’abord en passe, puis en manchette, puis en attaquant, tu n’y échapperas pas. Tu passes et tu suis. Le fameux exo que t’exécutes depuis tes débuts en minimes… eh bien c’est le même. Tu passes et tu suis. Avec ou sans le filet, à 3 ou à 4, en variant ou non les déplacements, t’es foutu, tu sais qu’il est pour toi. Allez courage, ça va passer, le reste va suivre…

2. Le circuit cardio

T’as pas encore remis un pied au gymnase que t’as déjà reçu un texto : « Pensez à prendre vos runnings ». Mis à part si t’es passeur et que tes réceptionneurs ont régulièrement de la vaseline sur les bras, t’as bien compris ce que ça signifie ! Circuit physique, stade, circuit cardio, circuit tout court… qu’importe le nom, la gonfle tu n’en verras pas la couleur dès les premières séances. De quoi retrouver tes collègues joyeusement autour d’un chrono, le temps d’un premier combat contre la bouée qui a pointé son nez durant l’été. Et pour les plus affûtés d’entre vous, c’est aussi un moyen de se la mesurer.

3. L’oppo Kamoulox

Celui que ton coach commence à expliquer à 21h12 et termine à 21h29… Mais si… Tu le connais le fameux 2×2 aux 3 mètres toutes balles frappées, pas de balle dans les 3 mètres, 3 touches de balles obligatoires, pas de service dans les 3 mètres, hurler « J’AI » avant chaque touche, aller toucher la ligne du fond à chaque échange, un point ne peut être marqué que du côté pair qui se situe à gauche de la tribune Michel Juillon (en hommage à l’ancienne gloire de l’ASPTT Mange-Foin, de passage dans la région en 1976 pour un gala de charité), retour vers le terrain perdant à cloche-pied-yeux-fermés-bouche-ouverte-dent-cariée… Bref celui qui t’oblige à te faire un nœud au cerveau avant de toucher le cuir pour ne pas subir les foudres de tes coéquipiers, anciens élèves du Docteur Kawashima, qui eux, ont absorbé les 276 règles entre deux lampées de leur meilleure Volvic (chut chut ! Pas de marques) au zeste de kumquat.

4. Les gammes

Toi aussi, comme tout honnête volleyeur, tu y as le droit à chaque rencontre avec un inconnu… « Ah tu fais du volley ? Je me souviens au collège j’avais eu 14 au second trimestre. Par contre, ça ne te fait pas mal aux poignets ? ». Non, évidemment que non. Tu entames ta 17e année, il se pourrait même que tu aies eu l’opportunité de jouer en Pré-nat si tes problèmes d’inflammation du tendon rotulien n’avaient pas freiné ta progression. Au passage, tout bon « maintonetteur » qui se respecte a des tendinites aux genoux, donc tu prends deux Voltarène comme tout le monde et tu arrêtes de te cacher derrière la dernière genouillère de chez Thulasne en adamantium. Pourtant, ton inconnu n’avait pas complètement tort… C’est la reprise et Totof le coach intérim qui s’occupe de la prépa, pendant que Fifi termine de se la couler peinardo le cafardo au camping du bois-joli de Saint-Hilaire-de-Riez, est persuadé que pour retrouver les sensations, rien de tel qu’une bonne centaine de contacts par quart-d’heure. Sois-en sûr, le moment le plus excitant de la première heure de ton entraînement consistera à te laisser tenter par l’éventualité de jouer la feuille au shifoumi pour savoir qui va compter les 60 manchettes et 60 touches hautes qu’il a prévues pour l’échauffement. Après tout, Totof, il en a vu passer du coup de sifflet, il sait très bien que c’est indispensable d’ajouter une touche de « ludique » même dans les gammes : « Ok les gars, une gorgée d’eau et on y retourne, cette fois c’est 40 contacts individuels contre le mur… ». Résultat des courses, torticolis et rétine brûlée pendant six jours à cause des touches hautes qui t’ont obligé(e) à te briser la nuque. Et pour en revenir à ton inconnu du départ, tu ravaleras ta langue et tu compatiras avec lui la prochaine fois, parce qu’honnêtement oui, tes avants-bras sont meurtris par les 2 769 manchettes de Totof. Pour couronner le tout, JeffNoCrabMayo35 n’a pas pu s’empêcher de t’envoyer un Snap où il gratte sa guitare en hurlant :  « Ca fait maaaaaaaaal ! Signé Totof Maé ». Qu’il est drôle ce bon vieux Jeff.

5. Le 3×3 aux 3 mètres… pieds au sol

Brave parodie de volley-ball, cet exercice nous vient tout droit de l’esprit éclairé de l’hispano-roumain Medaru Matism, grand adepte de la préservation articulaire. Extérieurement semblable à un vieux jeu de Super Nintendo, cette variante du 3×3 a pour but de retrouver des sensations de « coiffe » de balle ainsi que des « attitudes » de défense. Bien que tu saches déjà qu’un ballon sur deux terminera sa course dans la troisième maille du filet, tu dois malgré tout le faire avec le sourire et feindre une extrême concentration.  C’est bien entendu lors de cet exercice que ton ami Manu, véliplanchiste l’été, marque des lunettes Oakley sur le visage, ne peut s’empêcher de balancer haut et fort « Ah ok c’est règles de beach quoi ! ».

Après tout, ce n’est que la reprise…



À découvrir en vidéo


En haut ↑