Accueil ▷ Actu ▷ Ligues Pro ▷ Les acteurs majeurs de Ligue B

Les acteurs majeurs de Ligue B

Bientôt la fin de la phase aller de Ligue B, il est temps de faire un point sur ceux qui font déjà parler d’eux… Tour d’horizon des acteurs majeurs de l’antichambre.


Le 29 novembre 2015

 

Les Duncan Mac Leod

  • Bertrand Morelle : pas certain que « Bébère » aurait signé dans l’Aisne s’il avait pris connaissance du déroutant maillot de libero de Saint-Quentin. Une pâle copie du tricot de meilleur grimpeur du Tour mais en noir et blanc… En vain, à 37 ans, le gaillard continue de couvrir son demi-terrain en réception et ne se situe que très rarement sous les 70% de plateaux. Sa particularité : ses intersaisons sont aussi palpitantes qu’un épisode de série US, il est toujours sur le point de mettre un terme à sa carrière mais un rebondissement le fait signer pour « la der » !
  • Philippe Barca-Cysique : ne pas se fier à son visage d’enfant et à sa constante bonne humeur. Non « Barquette » n’est pas un jeune cubain exilé en mal de pesos. À 38 ans, il fait d’ailleurs partie des derniers internationaux encore en activité à avoir participé aux Jeux Olympiques (Athènes, 2004)… Ca force le respect ! Après une tournée dans l’Eldorado (Qatar, Iran, Turquie) où il a excellé, l’attaquant réceptionneur a posé ses valises dans le 92 avec un double projet (joueur/formation entraîneur). Pour le coup, Barca-Cysique n’a pas encore eu l’occasion de se faire remarquer sur le court en raison d’un pépin musculaire mais il sera à coup sûr un « mec à surveiller » cette saison.

Les revenants

  • Florian Kilama : c’est lui qui n’aura pas le même maillot à Martigues cette saison. Tantôt réceptionneur-attaquant (ex-international), tantôt libero, le bondissant Wallisien avait fait le tour du volley professionnel. Trois ans plus tard, he’s back in business… Un parcours atypique pour un joueur atypique mais particulièrement attractif. Comme l’a dit Annie Girardot aux Césars de 1996 : « on ne sait pas si le volley t’a manqué, mais au volley, toi, tu as manqué follement, éperdument, douloureusement ! ».
  • Christophe Césaire : il faisait partie de l’aventure 2005-2006 avec Asnières en Pro B. À cette époque, le central impressionnait physiquement au centre et son équipe remportait le championnat avec, à la clef, une accession en Pro A. Depuis, le fantasque volleyeur volant s’est épanoui dans la musique notamment, un domaine dans lequel il excelle. Oui, Cristouf est dans son monde. Oui, son monde flotte juste au-dessus des cumulus. Oui, un gars qui se trimballe avec une bouteille en verre remplie d’extraits de jus de banane de Guadeloupe, d’épices jaunes d’Indonésie et de chou romanesco du Finistère pour sa collation d’avant match, ça peut surprendre. Pourtant, l’homme est à prendre au sérieux. Ses qualités offensives sont reconnues et prouvées sur les feuilles de stats ! Après si vous préférez railler le dernier joueur sur Terre à jouer avec ses lunettes… On vous aura prévenus.

Les mecs à suivre

  • Paul Villard : le Cambrésien a attaqué la saison avec brio. Petite diag, ligne, nez, ongle, poitrail… Attention Polo arrive, ne rien laisser traîner. En revanche pour ce qui est de faire le show, vous repasserez, le gars semble plus sorti du musée Grévin que du Macumba à 7h du matin… Qu’importe, ses prouesses offensives lui suffisent à être attractif !
  • Arthur Darmois : à 23 ans, il a déjà pas mal bourlingué. Formé à Asnières, il est passé par Beauvais et Orange avant de revenir à la maison. Il a le mérite d’être un vrai joueur complet qui est bon dans tous les secteurs de jeu. Alors c’est sûr qu’il ne sera pas dans les Top Ten chaque semaine, mais s’il continue à claquer ses dix points par match en tenant la réception, alors il aura fait le boulot !
  • Bandiougou Traoré : la quintessence du volley-ball, n’ayons pas peur des mots. Il sait tout faire, et il le fait bien. Lorsqu’il sort sa palette, il n’oublie pas ses pinceaux et ça se termine souvent par un chef d’œuvre. Rappelons qu’il ne mesure qu’ 1,85 m et qu’il souffre du syndrome de la main froide (contraint de jouer avec un gant en néoprène). Allez vieux Bandi, avoue que tout vient de là… Tu as planqué des trucs dans ton gant ?

Les ordonnées

Ils ne vivent pas sur le même plan que le commun des mortels. Mi-hommes, mi-oiseaux, ils trouvent tout le monde petit, vu de là-haut. Eux ont de l’hélium dans les poumons : ce sont les mecs qui se grattent le menton avec la pointe de la mire. Joël Soltin, Stéphane Alpha, Radovan Gavrilovic, Marc Zopie, pffff ! Nous au moins les manèges de Disneyland nous soulèvent encore le cœur !

Les bouches

  • Julien Anton : son expérience et son niveau de jeu lui permettent très largement de se laisser aller à quelques roulements de mécaniques. Il ne faut pas lui dire deux fois. En effet, il ne se passe pas un point sans que le passeur de Martigues ne « conseille » les arbitres, ne « discute » avec son adversaire le plus proche ou ne « conteste » un point. Le plus pénible, c’est que lui en sort transcendé et joue encore mieux comme ça. Avis à ceux que ça énerve, à 32 ans, il ne risque pas de changer.
  • Alexis Farjaudon : son terrain de jeu ? Le corps arbitral. Malheureusement, Alexis a du mal à contenir ses excès de rage, ce qui lui vaut régulièrement d’être sanctionné. Il semble s’être calmé pour l’instant mais comme le dit le proverbe, « prenons garde à l’eau qui dort ». L’Asnièrois est avant tout un gagneur, pas un méchant.
  • Nikola Matijasevic : l’entraîneur de Rennes a de la voix, et il l’a fait entendre. Malgré sa bonhomie naturelle, il tient à ce que l’on respecte les règles, le protocole et les règles protocolaires. Bien sûr, il sera le premier à vous serrer la main dès que vous le croiserez en bon personnage attachant qu’il est. Conseil pratique : recomptez vos doigts juste après. Oh ça va, on plaisante, allez on compte jusqu’à cinq et on oublie tout. 1…2…3…4… Gulp !

Les Horse Guards

Qu’ils gagnent, qu’ils perdent, qu’ils soient bons, qu’ils soient nazes, après une violente équerre ou en se brisant une cheville, ils conservent le même visage vide d’expression. Défi : comme la garde royale britannique, essayez de les faire sortir de leurs gonds pour voir ! Ils sont : Alexandre Weyl (Le Plessis-Robinson), Vadim Deev (Asnières), Jaromir Kolacny (Saint-Quentin), Paul Villard (Cambrai), Arvidas Miseikis (Rennes). Hey messieurs, la vie est une fête, vous vivez de votre passion alors souriez !



À découvrir en vidéo


Commentaires fermés.

En haut ↑