Accueil ▷ Chronique ▷ justVelu ▷ Les mots du volley – Volume 1

Les mots du volley – Volume 1

Et si les mots du volley avaient un sens


Le 12 février 2015

Comme tout sport qui se respecte, le volley est pétri de termes techniques, de palabres qui lui sont propres et de termes qui, sortis du contexte, en feraient rire plus d’un. Or (sous tous les cieux sans vergogne), bien que nous les utilisions régulièrement, nous n’en connaissons pas forcément l’origine, ni le pourquoi du comment. Aussi ignares que nous sommes à la rédaction, nous lançons donc cette rubrique, avec l’espoir qu’elles suscite en vous les réflexions les plus avisées.

Voici donc, « Les mots du volley – Volume 1 » , une histoire purement affabulatoire (inutile de le préciser mais nous le faisons quand même), sortie tout droit des plus grands penseurs de la rédac’ !


4 avril 2009. Françoise, Eudes et Hakim se retrouvent dans les tribunes du gymnase Hunebelle pour ce qui s’avérera être la seule victoire de la saison des Clamartoises dans ce championnat de France de Pro F. Mais en l’occurrence, ce n’est pas ce fait exceptionnel qui nous intéresse, mais bien leur captivante discussion autour d’un terme du volley-ball…

21h52 – Quatrième set. Vandoeuvre mène 15-13, après un échange d’une minute…

HAKIM. — Ça se bagarre…

FRANÇOISE. — Oui, c’est beau toutes ces défenses !

EUDES. — Perso, je suis à deux doigts de m’endormir.

FRANÇOISE. — Oh, tu peux pas dire ça ! T’as vu la dernière corse ?! C’est extraordinaire !

EUDES. — Ce qui est extraordinaire, c’est que t’utilises le mot « corse » tous les jours sans savoir d’où ça vient.

FRANÇOISE. — Parce que toi, tu sais ?

HAKIM. — Même moi je sais.

FRANÇOISE. — J’y ai jamais réfléchi mais j’ai ma petite idée !

EUDES. — On t’écoute, fais parler ta science.

FRANÇOISE. — À mon avis, ça vient de l’Île de Beauté.

EUDES, avec ironie. — Ah bah heureusement que t’es là ! Je sens que ma soirée va enfin devenir intéressante.

HAKIM. — Attends, laisse-la parler…

FRANÇOISE. — Non mais vous voyez la forme de la Corse ? Ben je trouve que ça ressemble assez au joueur étendu sur le sol, avec la pointe nord-est vers Bastia qui représenterait le bras. Non ?

HAKIM. — Ok, t’avais raison, fallait pas la laisser parler.

EUDES. — Non mais tu t’écoutes, Françoise ? On aurait donné le nom d’un geste technique du volley à une île à cause de sa forme ? Pourquoi pas l’appeler « sifflet » alors dans ce cas-là, ou « escargot » pendant que t’y es.

HAKIM. — C’est bon, dis-lui.

EUDES. — Eté 52. Ange Graziani, défenseur hors pair de l’équipe de France, révolutionne le volley international en inventant ce geste. À l’époque, il mettait la main dans l’autre sens, la paume tournée vers le haut, pour mieux contrôler le rebond. Mais depuis, par facilité, les joueurs préfèrent utiliser les phalanges et le hasard pour orienter la trajectoire de la balle. Pour la petite histoire, ce geste a en réalité été inventé trois ans plus tôt par un Américain, dans le Connecticut.

FRANÇOISE, ébahie. — Fascinant !

HAKIM. — Fascinant de mensonges…

EUDES. — Plaît-il ?

FRANÇOISE. — T’as une autre version, Hakim ?

HAKIM. — Pas une autre. La vraie.

EUDES. — J’ai hâte d’entendre tes inepties.

HAKIM. — Effectivement, le geste a été inventé par un Américain à la fin des années 40, en revanche il ne venait pas du Connecticut, mais bien du Michigan. Pour lui, la corse était un geste facile dans la mesure où le joueur ne produisait aucun effort à l’instant t. Cet entraîneur expliquait à ses joueuses que même un cadavre allongé sur le sol, bras tendu, pouvait défendre de tels ballons. Avec ses mots : “All you need to do is pretend you’re a corpse!”. En français, le p a sauté car c’était plus simple à prononcer et la corse est restée.

FRANÇOISE. — Passionnant !

EUDES. — Tu peux pas croire ça, Françoise, il vient de l’inventer !

JOSÉ. — Euh, c’est pas que vous me dérangez, parce que ce match est aussi « passionnant », justement, qu’une étape de plat du Tour, mais franchement, j’en ai un peu marre d’entendre des bêtises.

HAKIM. — Euh, vous êtes ?

JOSÉ. — Celui qui va vous dire vraiment d’où vient ce terme. Premièrement, Ange Graziani était central. Deuxièmement, les Américains appellent ce geste « pancake », on comprend bien pourquoi. Si l’origine prônée par Hakim était la vraie, ils l’auraient appelé « corpse » ! Non, il s’agit tout simplement d’un acronyme : Contact Obtenu en Rasant le Sol Étendu. Je tiens ça de deux sources différentes : un article dans Les Cahiers du Volley il y a quelques années et une discussion que j’ai eue avec feu Paul Libaud en 79, le premier président de la FIVB.

FRANÇOISE. — Alors là !

EUDES. — Il était central, Graziani ? Ah là là, on peut plus faire confiance…

HAKIM. — Mouais, pas convaincu.

DELPHINE. — Vous avez pas fini de parler de trucs dont on se fout ! Supportez Clamart, elles ont une chance de gagner pour une fois ! La corse, ça sonne bien, voilà, c’est tout. Le mystère, c’est bien aussi, non ?

Fin du match. Victoire des Franciliennes 3-2 qui ne les empêchera pas de descendre. Delphine, Françoise, Hakim, Eudes et José repartiront de la salle avec plus de questions que de réponses, mais avec en tête le bonheur d’avoir échangé et l’envie d’en savoir plus. Mais d’après vous, il vient d’où ce mot ? 😉



À découvrir en vidéo


Commentaires fermés.

En haut ↑