Accueil ▷ Chronique ▷ Mr Grumpy ▷ L’humeur de Mr Grumpy #4
Cher Air-win

L’humeur de Mr Grumpy #4
Cher Air-win

Admiratif des performance sportives de notre star nationale, Mr Grumpy a voulu en savoir plus sur le personnage, et nous livre une lettre, comme toujours, sortie de son humeur grincheuse et acariâtre


Le 15 mars 2015

Mr Grumpy pose un avis très personnel, s’exprime sans détour et sans ménagement sur les sujets qui l’inspirent autour du volley-ball. Coups de gueule, protestations, récriminations, critiques ; il n’est pas du genre à mâcher ses mots.

Mr Grumpy n’est pas passionné, encore moins un supporter ; nous pourrions le dépeindre comme un idéaliste, un romantique du volley-ball. Son ton peut être jugé acerbe et pessimiste mais il revendique une forme de liberté de parole décalée et se définit plutôt comme polémiste. Misanthrope, acariâtre et grincheux, il vit reclus dans une caverne des hautes montagnes, sans le moindre contact avec le monde extérieur.

Nous nous délectons de ses rares chroniques comme d’un Romanée-Conti, cuvée 1975 ; nous vous invitons à y goûter.

Cher Air-win,

Tu es sans aucun doute la nouvelle égérie, la plus belle figure, le meilleur ambassadeur de notre volley-ball français.

Il n’est pas une semaine sans que tu ne finisses meilleur marqueur du match, une semaine sans que tu n’éclabousses de ta classe les highlights des championnats européens, une semaine où tu ne rivalises d’ingéniosité pour inventer un nouveau geste technique, 120 ans après les prémisses du volley-ball dans le Massachusetts.

Tu as porté l’équipe de France, en septembre, lors des derniers championnats du monde en Pologne : 4e meilleur marqueur, 7e meilleur attaquant (avec près de 48% de réussite), 4e meilleur serveur, 4e meilleur  défenseur et 4e meilleur réceptionneur. Au fond, pas étonnant que la Team Yavbou termine à la 4e place, puisqu’elle marche dans tes pas.

De retour en club, tu continues de faire des misères en bout de filet, en trustant la 1ère place du championnat et menant notamment ton équipe à la victoire en Coupe Nationale. 17 points, MVP, quoi de plus normal.

Oui mais…

Oui mais pourquoi lorsque je google-ise ton patronyme, figurent trois articles sur les six premiers concernant des « incidents » extra-sportifs ? Dis-moi, pourquoi, Air-win ?

Comment va te juger l’amateur lambda de sport ?

Oui je sais, je l’ai déjà lu ; tu n’en as que faire d’être jugé. Soit.

Mais je ne m’arrêterai pas à cela.

Alors pourquoi tant de « frasques » ?

– Exclu du CNVB à tes 17 ans parce que tu sèches les cours et que tu te disputes avec un coéquipier…
– Exclu du groupe France aux Championnats du Monde en 2010, à 19 ans, parce que tu vis mal ton statut de remplaçant aux dépens de la vieille garde, Stéphane Antiga ; « raison de manquements à la discipline et du comportement incompatibles avec la vie d’une équipe en compétition (…) altercation dans le vestiaire ».
– « Star » contre ton gré du seul reportage « inside » sur le volley-ball, dans Intérieur Sport, intitulé « Repris de volley », où tu es dépeint comme le « Anelka du volley-ball ».
– Désertion, avec fracas, de ton club russe Kemerovo, en décembre 2013, en conflit ouvert avec tes dirigeants… et ton coach de père.
– Condamnation le mardi 2 décembre 2014 par le tribunal correctionnel de Montpellier à trois mois de prison avec sursis, à cause d’une rixe à la sortie d’une discothèque… Tribunal où tu as été absent des audiences à plusieurs reprises. Oui, des impondérables exigences sportives sont avancées… mais on parle de justice et tribunal tout de même !

Alors oui, tous ces faits sont explicables, peut-être même excusables, mais tu jouis d’un statut où (malheureusement) tu ne peux pas tout te permettre.

J’en conviens, tu ne l’as pas choisi, mais tu es le premier nom que le grand public et les médias associent au volley-ball français. Lourde responsabilité que tu te dois d’honorer pour aider à la démocratisation du 5e sport collectif national.

Les sponsors, les dirigeants comptent sur toi. Ces derniers ont tellement peur de tes battements de cils qu’ils donnent même la consigne lors de campagnes de com’ de ne pas faire référence au moindre « épisode » sur ta vie…

Air-win, tu es désormais exposé, tous tes faits et gestes sont épiés, relatés, commentés. Tu es un symbole, comme Tony Parker (à moindre mesure) l’est pour la bonne santé du basket français, alors aide-nous à promouvoir ce sport !

Toutefois, il n’y a pas que des avantages à être une super star, à vivre de sa passion en gagnant confortablement son pécule.

Certes, tu as 23 ans et tu as le droit de t’amuser comme les « jeunes » de ton âge. Mais sois malin, garde tout cela en off, en catimini, tranquillement avec tes amis. Ton statut requiert désormais d’avoir la maturité d’un trentenaire, en ce qui concerne la gestion de ton image.

S’il te plaît, Air-win, médite sur tout cela. Pour toi, pour nous, pour le volley-ball français.

En espérant de tout coeur te voir porter haut et fort les couleurs de notre nation aux J.O de Rio…

Affectueusement,

Mr Grumpy



À découvrir en vidéo


En haut ↑