Accueil ▷ Actu ▷ Ligues Pro ▷ Ligue A – 6ème journée : Sète une surprise

Ligue A – 6ème journée : Sète une surprise

Il arrive, de temps à autres, que des journées soient moins fastes que d’autres. Cette 6ème journée en fait partie… Mais quelques surprises quand même


Le 17 novembre 2014

Le récap de la journée

Les surprises

Si le jeu de mots était facile, la victoire beaucoup moins. Sète crée la surprise à Tours en s’imposant 3 sets 0. Si Pascal Foussard (entraîneur adjoint du TVB) parle de « non-match » ou de « naufrage », n’enlevons pas aux Sétois ce qui leur revient, dans un match propre, plein d’envie et un Ivan Raic à 19 points.
À Tours, on parle de fatigue, et les joueurs ont semblé apathiques, sans réaction. Pas très étonnant avec 7 matches sur 9 amenés au tie-break, deux matches par semaine, et une rotation d’effectif très faible à cause des blessures. Mais c’est l’apanage des grandes équipes que de savoir gérer le calendrier. Avec la réception de Pérouse ce mercredi en Ligue des Champions, espérons pour les Tourangeaux que cette « claque » les aura réveillés !

Résumé du match Tours – Sète par Arago de Sete

Plus au sud, le Palais du Travail était bien triste samedi soir. Narbonne recevait une équipe de Saint-Nazaire diminuée, toujours avec Morillon à l’aile et Robin Tosatto, revenu de la N2 pour dépanner. Mais la dynamique faiblit chez des Centurions, toujours amputés de Falasca (épaule) et Diaz (mollet). Bien que la performance de Wendt reste encore à saluer, il était cependant difficile de résister au « Jimenez Show ». Le pointu de Saint-Nazaire avec plus de 50% des ballons, a réalisé un véritable festival en marquant 24 points dans ce match en 3 sets. Le passeur nazairien, Patrick Steuerwald (frère de Markus, libéro parisien), était d’ailleurs plutôt en mode binaire, alternant toute la partie entre son pointu (50% des ballons) et Tosatto (30% des ballons) à l’aile. Les autres se sont donc partagés les restes, mais qu’importe, Saint-Nazaire repart de l’Aude avec 3 points qui font du bien.

Les autres

Paris s’impose 3-1 dans le chaudron chaumontais. Un match plutôt à sens unique où les Chaumontais ont eu droit à une attaque parisienne exceptionnellement performante (68% dans l’ensemble) et Nikola Gjorgiev, qui a inscrit ses 25 points syndicaux. À Chaumont, Kolokilagi a été particulièrement à la peine et Wounembaina pas aussi efficace qu’à l’habitude. Les 7 blocks d’Horacio D’Almeida n’auront pas suffi…

Un match particulier pour Julien Lavagne, qui retrouvait son ancien club de Tourcoing en difficulté dans ce championnat. Malgré tout, Ajaccio n’a pas fait de détail : 3 sets à 0 en 1h20 de match. Tourcoing ne voit pas le bout du tunnel, et Ajaccio reste l’équipe qui a perdu le moins de sets de la saison.
Rendez-vous Mardi soir à U Palatinu pour le match retour de coupe d’Europe des Ajacciens. Historique sur l’Île de Beauté !

Cannes a tremblé à Lyon. Les deux premiers sets en poche, les Cannois se sont laissés surprendre par une équipe de Lyon accrocheuse. Nikolov fait chauffer l’épaule au retour de la pause, et le pointu cannois Petkovic n’est pas à la fête (problèmes de réglages avec son passeur ?). Il faudra la rentrée de Castard pour remettre les pendules à l’heure dans le 5ème set ponctué d’une faute de « cadet » du passeur Gonzalez. « On ne rate pas un service après un temps mort », a fortiori sur balle de match. Bref, Cannes, sans impressionner, conforte sa place de leader, toujours invaincu.

Toulouse et les penaltys
Ballon préféré des bouchers du filet, le penalty se caractérise par la venue d’un ballon du camp adverse sur première touche. Aussi appelé « retour direct », c’est généralement, à l’instar du foot, un point facile pour un volleyeur. Mais à Toulouse il n’en est rien. Et comme à Narbonne, Toulouse trébuche à Montpellier pour une histoire de penalty.
Dans cette bataille du haut de classement, Montpellier, pourtant sans Le Goff, a su dominer son adversaire du jour sur quelques détails. Le volley est affaire de dynamique et malgré les 40 points du duo toulousain Clévenot-Rossard, la dynamique était Montpelliéraine. Toulouse ne profite pas des fameux retours directs pour prendre le large au premier set, et rate deux penaltys dans le money-time (très très long) du 4ème. Franck Laffite, lui, transforme le sien à 34-33, donne la victoire aux locaux et conclut un gros match à 17 points, 100% à l’attaque, 8 blocks et 2 aces. À noter la belle performance de Daryl Bultor, jeune central français, pour sa première titularisation avec 12 points dont 3 blocks.

Pour le dernier match de cette journée, deux équipes abonnées aux matches en 5 sets. Et le dernier n’a pas dérogé à la règle. Nantes s’impose 3 sets à 2 dans sa salle, et on a retrouvé Iban Perez! Le pointu espagnol a renoué avec son niveau des années précédentes, inscrivant 22 points, bien épaulé par Berger (19 points), révélation nantaise de ce début de saison, et Holubec, encore à 8 blocks. Ce n’est pourtant pas passé loin pour les Beauvaisiens, qui menaient 8-4 dans le tie-break. Mais Hadrava et les siens on su réagir pour s’imposer 17-15 et grappiller quelques précieux points au classement.

Pour finir, pas de justMatch pour nous cette semaine, mais nous attendons avec impatience le Cannes-Ajaccio de la semaine prochaine…

 



À découvrir en vidéo


En haut ↑