Accueil ▷ Mag ▷ Interview ▷ Thiercy/Di Giantommaso, la paire gagnante

Thiercy/Di Giantommaso, la paire gagnante

Saint-Quay-Portrieux, le 2 août 2015. Maxime Thiercy et Romain Di Giantommaso viennent de truster la première marche du podium des championnats de France de beach, l’année de leur 21ème printemps. Entretien avec Max Thiercy qui a eu la gentillesse de répondre à nos questions.

Interview

Crédit Photo : Armand Lenoir


Le 5 août 2015

 

Une troisième place aux championnats du monde U21 l’été dernier, une première expérience internationale aux Jeux Européens de Baku en juin et un titre de champion de France sénior il y a quelques jours… il était grand temps de prendre des nouvelles de la paire française de beach qui monte !

Romain Di Giantommaso et Maxime Thiercy s’apprêtent à défendre une nouvelle fois le drapeau tricolore aux championnats d’Europe U22 du 27 au 30 août à Macedo de Cavaleiros (Portugal), forts de leur succès sur le circuit français. Entretien avec Max Thiercy, le bloqueur de l’équipe, qui a eu la gentillesse de répondre à nos questions.

Max, à seulement 21 ans, tu remportes avec Romain Di Giantommaso les 21èmes championnats de France de beach volley. Était-ce un signe ?

Je ne savais pas que c’était les 21èmes championnats de France, mais je ne pense pas que ce soit un signe, je n’ai encore que 20 ans 😉 (NDLR : 21 ans le 24 septembre).

Comment as-tu vécu ce titre ?

Nous sommes allés en Bretagne avec Romain en espérant décrocher ce titre. La compétition s’est bien déroulée dans son ensemble et j’en suis très heureux. Ce titre de champion de France fait très plaisir, en espérant que ce ne soit qu’un début !

Comment était l’ambiance à Saint-Quay-Portrieux qui organise depuis longtemps maintenant les finales des championnats de France ?

C’est la troisième année consécutive que je fais ce tournoi à Saint-Quay-Portrieux. L’ambiance y est toujours excellente ! Les matches se jouent sur la plage, il y a donc toujours du monde de passage et des curieux qui s’arrêtent pour regarder. Jouer devant ce public est toujours un vrai plaisir.

L’aventure à Baku s’est terminée après la première poule avec 1 victoire en 3 matches, que retiens-tu de cette expérience ?

C’était notre première compétition internationale sénior avec Romain, nous avons donc pu emmagasiner un maximum d’expérience pour la suite. C’était top de participer à ce genre de compétition avec d’autres sports et des moyens mis en place pour les sportifs impressionnants.

Il reste quand même beaucoup de déception de ne pas être allé un peu plus loin dans l’aventure, sortir sur une victoire est frustrant !

Comment perçois-tu le niveau du championnat de France actuel par rapport au niveau international ?

Le beach en France peine encore à se développer et à attirer des joueurs, le niveau est donc en dessous du niveau international, surtout sur l’aspect physique ! On ne rencontre pas de bloqueur de plus de 2 mètres comme dans beaucoup de paires étrangères.

Ton partenaire, Romain Di Giantommaso joue également en salle (Montpellier), a-t-il prévu de se consacrer entièrement au beach ?

Je ne peux malheureusement pas répondre à cette question et je pense qu’à l’heure actuelle, lui non plus ! Mais bon, j’espere bien…

Plus personnellement, pourquoi as-tu fais le choix du 2×2 ?

L’esprit beach m’a toujours beaucoup plu et m’a vite attiré. Nous ne sommes que deux sur le terrain, les responsabilités sont plus grandes. J’ai l’impression d’être plus acteur sur le sable, nous sommes beaucoup plus indépendants et maîtres de notre projet !

Saurais-tu expliquer qu’ une partie des meilleurs joueurs de salle (et de sable) se dirige plutôt vers le 3×3 ?

Les règles en 2×2 sont un peu plus strictes et se rapprochent moins de celles de salle que le 3×3. Le 3×3 représente plus les vacances, la détente et la fête, c’est ce que les joueurs de salle recherchent plus l’été ! Il y a aussi un système de points qui ne permet pas à tout le monde de rentrer dans tous les tournois.

C’est un peu dommage, on s’éclate bien en 2×2 aussi, les joueurs de salle y sont les bienvenus !!

Que manque-t-il en France pour développer encore plus le beach volley ?

Je ne pourrais pas vraiment l’expliquer, le beach se développe bien dans tous les autres pays. La première paire française marche de mieux en mieux, nous allons tous essayer de faire des résultats sur le plan international pour faire parler du beach et par cette manière, de développer un peu plus notre sport qui mérite vraiment de faire parler de lui !

Quel sont vos objectifs et quelle va être la suite ? La paire Di Giantommaso/Thiercy va-t-elle perdurer ?

À court terme l’objectif va être d’aller chercher une médaille au championnat d’Europe U22 et à long terme une qualification aux JO de 2020 ou 2024 est un rêve que nous aimerions réaliser.

J’espère que la paire va perdurer oui !

Pour finir, les équipes de France masculines de beach et de salle sont sur le pont pour la qualification aux prochains JO de Rio. Penses-tu que c’est réalisable ?

En ce qui concerne l’équipe de France de salle, ils nous ont récemment, et à plusieurs reprises, prouvé qu’ils n’avaient aucune limite. Avec cette mentalité et ces joueurs, tout est possible !

Pour le beach, les RK étaient sur la bonne voie. La blessure d’Edouard complique la tâche, mais tout reste encore possible et les connaissant, cette mésaventure les rendra d’autant plus forts !

Un grand merci à Max. Suivez et likez Maxime et Romain sur leur page Facebook !



À découvrir en vidéo


En haut ↑