Accueil ▷ Actu ▷ Ligues Pro ▷ Tours toujours

Tours toujours

Une rencontre de très haut niveau qui nous a régalés, même si on n’aurait pas craché sur un 3-2. Tours remporte un 9ème titre de coupe de France, et envoie un message fort aux autres écuries du championnat. Notre analyse…

Actu Victoire TVB - Coupe de France de Volley

Photo Karim Levy


Le 24 mars 2015

Notre analyse

Un match qui aurait pu basculer d’un côté comme de l’autre, tant les deux équipes étaient proches physiquement et techniquement. Mais comme souvent, la rencontre s’est jouée au service, et à l’expérience…

Beauvais sur des chapeaux de roue

Pas de doute, les Beauvaisiens étaient conditionnés. Une grosse rentrée dans la partie sous l’impulsion du duo belge Depestele-Van Walle. La réception tient la route, le passeur distille, et Jiri Kral est omniprésent au contre comme à l’attaque. Matej Patak assure la marque à l’aile, tout va pour le mieux chez les bouquetins.

De l’autre côté du filet, c’est plutôt soupe à la grimace : Nicolas Hoag n’est pas à la fête, et Nuno Pinheiro a chaussé les runnings. Bref, on espère que les Beauvaisiens vont s’essoufler.

Le coup du sorcier

Mais voilà, Mauricio Paes a bien senti la chose, et tente la rentrée d’Oleg Antonov. Étrangement, l’Italo-Russe semble transcendé par l’évènement et stabilise la réception tourangelle tout en distribuant des chicottes à l’attaque. Nuno Pinheiro installe son jeu petit à petit, pour faire briller la paire de centraux made in US. David Konecny fait le taf, comme à son habitude dans ce genre de rencontre. Tours enclenche la machine, et s’envole vers le gain de la deuxième manche.

Les deux manches suivantes ne seront qu’un bis repetita… Peironet et Hudecek souffrent en réception, Depestele s’agace, et les centraux beauvaisiens ne voient plus un ballon, tandis qu’en face, Mc Donnell montre sa pleine mesure et va chercher les gonfles dans la stratosphère.

Pas grand-chose de plus à dire, tant Tours a dominé les débats en service/récep. Les Tourangeaux ont ainsi pu gêner leurs adversaires au block, et mettre en place un système de défense efficace, où les artilleurs Antonov et Konecny se sont chargés de finir le boulot. La blessure de Konecny au 4ème set n’y changera rien, Tours était solide, et surtout serein, quand dans le camp adverse, la frustration prenait le pas. De l’expérience vous dites ?

Ils ont marqué la rencontre

Nuno Pinheiro. Véritable maître à jouer de son équipe, il a su alterner intelligemment entre le centre et les ailes, s’appuyant dans les moments difficiles sur un Antonov en cannes et son arme favorite : David Konecny. Il a également mis une pression considérable au service, débloquant des situations et permettant de rassurer ses coéquipiers. Nous le sentions agacé dans son jeu depuis le début de saison, il semblerait qu’il ait retrouvé toute sa sérénité. Pour nous, l’homme du match.

Oleg Antonov. À la peine depuis le début de saison, il a enfin retrouvé le niveau pour lequel Tours est allé le chercher. Rentré en début de deuxième set, il a su stabiliser la réception et enfin montrer tout son potentiel offensif.

Daniel McDonnell. En grande progression depuis le début de saison, il a été omniprésent au block et à l’attaque. Il a pesé sur la rencontre, bien servi cependant et bien utilisé par son passeur.

Mauricio Paes. Le sorcier brésilien remporte encore une finale. Pour tout vous dire, on adore ! De la prise de risque dans le coaching, et comme à Toulouse en demi-finale, il a su s’appuyer sur tout son effectif pour aller chercher la victoire. Gagner autant de titres, c’est vraiment pas du hasard !

Frank Depestele. On attendait le magicien belge au top de sa forme, et on l’a vu sur le premier set. Ensuite, peu aidé par sa réception, il n’a pas pu déployer son jeu et a préféré râler… Franky a vraiment semblé frustré !

Gert Van Walle. L’autre Belge de la diagonale infernale de Beauvais aurait pu faire basculer la rencontre. Mais face à 3 blockeurs, il aurait fallu qu’il fasse un match inhumain.

Jeff Exiga. Il a gagné, et de loin, son duel face à son homologue du BOUC. Stable en réception, et surtout présent en défense, il a amené son dynamisme et sa soif de victoire à cette équipe tourangelle qui n’a lâché aucun point. Lui qui sera remplacé par Hubert Henno, dont vous retrouverez la vista #3 cette semaine, à Tours l’an prochain. Information que nous avions depuis un moment mais dont nous avons respecté le secret pour préserver les joueurs… tout comme l’arrivée d’un autre joueur important au TVB l’an prochain dont nous tairons pour l’instant le nom.

 Les Highlights

Highlights Finale Coupe de France de Volley… par justvolley



À découvrir en vidéo


En haut ↑