Accueil ▷ Actu ▷ Trois listes pour fédérer le volley-ball français

Trois listes pour fédérer le volley-ball français

Le 26 août prochain, les dirigeants de club vont être appelés à voter pour élire la nouvelle équipe dirigeante de la FFVB.


Le 19 août 2015

 

30 mai 2015, à Périgueux, un vote de défiance lors de l’assemblée générale de la FFVB a poussé Yves Bouget, président de ladite fédération, à la démission. L’heure est aujourd’hui à la reconstruction, ou du moins à l’élection de la nouvelle équipe dirigeante qui finira le mandat entamé, celui d’une olympiade, qui se terminera en 2016.

 « Fédération » et « vote de défiance ». Deux termes qui paraissent antagonistes puisque fédération induit bien l’action de fédérer. Si l’on s’en réfère aux définitions d’un certain Grand Robert, on trouve ceci :

  • Fédérer : Grouper de manière à former une association sous une autorité commune.
  • Fédération : Association de plusieurs sociétés, syndicats, etc. groupés sous une autorité commune.

Rien de très précis nous direz-vous, sans que s’en suivent les deux définitions suivantes :

  • Association : Groupement de personnes qui s’unissent en vue d’un but déterminé.
  • Autorité : Droit de commander, pouvoir (reconnu ou non) d’imposer l’obéissance.

De quoi déduire la définition suivante d’une fédération : unir, grouper et rassembler autour d’un projet commun, tout en définissant le groupe de personnes ou l’autorité qui aura le pouvoir, le droit de commander pour atteindre le but déterminé.

Le décor est planté. Mais reste encore à définir deux questions fondamentales : Quel projet ? Qui pour le mener à bien ?

Et c’est ce que devront choisir prochainement les responsables de Groupements Sportifs Affiliés (comprendre les clubs) en règle avec la FFVB. Un scrutin électronique en deux tours qui permettra de définir un projet, ainsi que les prochains dirigeants de la FFVB jusqu’en 2016, soit la fin de l’olympiade.

Dans les faits

Quatre listes ont été proposées courant juillet à la FFVB, puis examinées par la Commission de Surveillance des Opérations Electorales des Assemblées Générales (CSOEAG), présidé par Georges GUILLET, qui a retenu trois d’entre elles. Trois listes pour développer, faire évoluer et fédérer le volley-ball français.

Comment ça fonctionne ?

Au premier tour (du 26 août au 3 septembre), la liste qui a obtenu la majorité absolue des suffrages exprimés et des bulletins blancs obtient 8 sièges. Les autres sièges sont répartis à la représentation proportionnelle à la plus forte moyenne :

  • Entre les autres listes ayant obtenu au moins 15% des suffrages exprimés n’étant pas admises à la répartition des sièges.
  • Entre l’ensemble des listes ayant obtenu au moins une voix exprimée, dans le cas où seule la première dépasse 15% des suffrages exprimés.

Si aucune liste n’obtient la majorité absolue des suffrages exprimés et des bulletins blancs, un second tour (du 11 au 17 septembre) est organisé : seules peuvent être présentes au second tour les deux listes ayant obtenu le plus de suffrages exprimés. À l’issue de ce second tour, la liste qui a obtenu le plus de suffrages exprimés obtient 8 sièges. Les autres sièges sont attribués à l’autre liste.

Quels sont les projets ?

Les trois projets politiques retenus sont présentés ci-dessous. Nous avons bien évidemment lu attentivement chacun d’entre eux, avec un focus particulier sur l’organisation et la mise en place des différentes propositions.

C’est maintenant à vous de vous faire une idée, en attendant impatiemment le jeudi 17 septembre à 11h00 pour les résultats de ce scrutin. D’ici là, mesdames et messieurs les responsables de clubs, à vos ordinateurs, tablettes ou smartphones pour vous exprimer, et par la même, nous représenter.

Les projets

Ambitions & Volley partagés 

Projet mené par Christian CHEBASSIER.

Rassemblons le volley-ball

Projet mené par Eric TANGUY.

Un nouvel élan pour le volley-ball français

Projet mené par Laurent TORRECILLAS.



À découvrir en vidéo


En haut ↑