Accueil ▷ Actu ▷ International ▷ Vivez les finales NCAA avec JustVolley !

Vivez les finales NCAA avec JustVolley !

Habitué à couvrir les événements français, JustVolley s’est déplacé jusqu’à Columbus, dans l’Ohio aux Etats-Unis, pour couvrir le plus grand événement annuel du volley-ball américain : les finales universitaires NCAA. À suivre notamment : Nicolas Szerszen et Maxime Hervoir, les deux Français évoluant à Ohio State !


Le 3 mai 2017

 

La ferveur universitaire

Aux Etats-Unis, l’événement sportif le plus suivi est le SuperBowl, et juste derrière, c’est la finale universitaire NCAA de basket-ball masculin ! Dans un pays où l’on hésite encore quant au sport national entre baseball, football américain, basket et hockey, le deuxième événement à rassembler le plus de spectateurs est universitaire. Imaginez-vous, c’est comme si, après le Tour de France, l’événement qui faisait l’unanimité en France était la finale universitaire de rugby entre la Sorbonne et Rennes 2… Cette semaine, ce sera le volley à l’honneur avec les six meilleures équipes masculines du pays qui s’affronteront selon une logique éloignée de ce que nous connaissons en Europe. Même si ce sport est plus populaire chez les dames que chez les messieurs, l’université hôte d’Ohio State, championne en titre, espère remplir les 13 000 places qu’offre la St. John Arena, réservée uniquement au volley, à la gymnastique et à la lutte universitaires. Un autre monde on vous dit.

Le professionnalisme américain

Déjà, quand on arrive, on est accueilli par l’organisateur de l’événement, très chaleureux et ayant facilité toutes les démarches pour nous permettre de relayer le Final 4 sur notre site. « Ici, vous avez la salle de conférence de presse, là une salle pour les journalistes, puis je vais vous montrer le gymnase ! » Un écrin habillé pour l’occasion de la sport court de rigueur, ces carrés d’un pied de côté qui pavent tous les parquets où se déroulent les fameux Final 4. Un speaker expert qui commente chaque point avec enthousiasme en soulignant qui a attaqué, comment, pourquoi, le score, le temps qu’il fait, etc. Pas moins de 75 demandes d’accréditation pour journalistes. Des surnoms pour chaque équipe : les cougars, les bulldogs, les soldats arc-en-ciel, les lions du mont Nittany, les pilliers du 49 et les châtaignes ! Des matches retransmis à la télévision locale ou nationale avec des commentateurs avisés. Les fameuses bannières de champion dont celle de l’an dernier. Bref, un lieu fait pour les grands événements où s’affronteront BYU, Barton, Hawaii, Penn State, Long Beach et Ohio.

La formule avec têtes de série

La saison des matches se déroule pendant le semestre de printemps à raison de deux rencontres par semaine. Chaque semaine, un classement est mis à jour ; il prend en compte d’une part les victoires et défaites de chaque équipe, présentées comme dans tous les sports américains sous la forme de deux nombres séparés par un tiret, le premier représentant le nombre de victoires et l’autre le nombre de défaites (par exemple Ohio State « is 30-2 »), et d’autre part l’avis des entraîneurs de la ligue NCAA. Cela implique donc une légère indécision vu que les avis sont subjectifs. À la fin de la saison, les deux premières équipes du classement sont directement qualifiées pour les demi-finales du Final 4 (en l’occurrence Ohio State en 1 et Long Beach State en 2), puis les quatre suivantes s’affrontent sous forme de quarts de finale, appelés opening round. L’année dernière, l’équipe de Nicolas Szerszen, qui avait terminé MVP de la saison régulière, avait créé la surprise, mais lui et ses coéquipiers sont favoris cette année, surtout à domicile, d’où la pression à gérer.

Les premiers résultats

Mardi soir, à l’heure où nous écrivons, l’opening round vient de se terminer avec la qualification de  BYU au détriment de Barton (3 sets à 0) et celle de Hawaii qui a eu besoin du tie-break pour se débarrasser de Penn State. Les insulaires rencontreront donc l’équipe de Maxime Hervoir, qui a rejoint Ohio State cette saison, et Nicolas Szerszen. Nous vous donnons d’ailleurs rendez-vous dans les prochains jours pour une interview des deux seuls joueurs français de l’événement qui espèrent bien s’imposer « chez eux ». En attendant, les joueurs locaux ont choisi de séjourner dans le même hôtel que les équipes extérieures pour rester dans leur bulle de la compétition. Aujourd’hui, la salle n’était pas très remplie mais, dès jeudi, elle devrait non seulement se garnir mais se draper de rouge, la couleur locale, pour supporter les Buckeyes !



À découvrir en vidéo


Commentaires fermés.

En haut ↑