Accueil ▷ Mag ▷ Dossier ▷ Volley et études aux US – Partie 3/5 : Le recrutement et la saison universitaire

Volley et études aux US – Partie 3/5 : Le recrutement et la saison universitaire

On en parle, on le compare, on le critique, on le fantasme… mais qu’est-ce donc que le système américain pour les jeunes sportifs, si méconnu chez nous ?


Le 1 septembre 2015

 

Le volley-ball n’est pas simplement histoire de talent aux US. Comme expliqué dans les deux premières parties, il faut être en capacité de financer ses études, mais aussi suivre un cursus bien précis. Sans oublier d’assurer autant dans les salles de classe que sur le terrain.

Le fonctionnement du volley-ball en College (université) 

Le volley-ball est surtout développé aux USA pour la gent féminine. En effet, les universités doivent proposer autant de sports féminins que masculins dans leur programme, par mesure d’équité. Cette mesure est imposée par la NCAA (ligue universitaire). Le Football US n’ayant pas de pendant féminin, c’est le volley qui profite de cette aubaine.

On retrouve donc des « programmes » de volley féminin dans pratiquement toutes les universités, contrairement au volley masculin, uniquement présent dans les plus grandes ou dans les rares exceptions qui n’ont pas de Foot US. Pour preuve, il y a 334 équipes universitaires de volley féminin en Division 1, 80 en Division 2 et encore 64 en Division 3 ; un total de 478 équipes dans le pays. Le volley masculin ne concerne lui que 51 programmes.

Précision importante : la Division ne se réfère pas au niveau de jeu, mais à la taille, et donc aux finances, de l’université. Une équipe du haut de tableau en Division 2 peut ainsi battre un top 60 de Division 1 par exemple.

Faire partie d’une équipe universitaire

En Division 1, les rosters (effectifs) peuvent être très larges. On peut parfois compter jusqu’à 25 joueurs(es). Certains coaches se limitent à 15, mais il est rare de descendre en dessous. Néanmoins, une équipe ne compte que 12 full schoolarships (élèves boursiers) par année. Ce qui signifie donc que les autres joueurs(es), financent leur propre scolarité, en bénéficiant des mêmes conditions que les douze privilégiés.

Ces derniers sont le plus souvent ceux qui ont le meilleur niveau de jeu et que les universités ont su séduire grâce à la bourse.

Le système de bourses sportives est donc minutieusement organisé et anticipé longtemps à l’avance. Comme nous l’avons vu, il y a en effet quatre années d’éligibilité pour un joueur : Freshman (1ère année), Sophomore (2ème année), Junior (3ème année) et Senior (4ème et dernière année). Il y a certains cas exceptionnels mais il en est ainsi de la règle générale.

Le recrutement est réalisé de façon à répartir de façon homogène les joueurs sur les quatre années. Ceci permettant de bâtir une philosophie de jeu dont s’imprègnent les 4, 5 joueurs nouveaux arrivants chaque année. Il ne serait pas opportun de recruter 12 joueurs d’un coup, d’attendre la fin de leurs quatre années d’éligibilité puis de recruter à nouveaux 12 nouveaux joueurs. C’est pourquoi, les coaches disposent chaque année de 3 voire 4 full schoolarships à offrir à de futures recrues.

Pour mieux comprendre ce système, en voici un exemple :

Si quatre de mes joueuses (2 centrales, une pointue et une passeuse) terminent leur éligibilité à la fin de la saison et quittent donc l’équipe, je dois recruter en conséquence des joueuses évoluant à ces quatre mêmes postes pour garantir une continuité.

Là se situe l’art de l’anticipation ; les headcoachs (entraîneurs principaux) doivent avoir une visibilité sur quatre ans de leurs besoins en terme de postes, au regard des joueurs quittant l’équipe. Ceci leur permet donc de recruter dès le lycée (équivalent de seconde ou première en France) jusqu’à quatre ans à l’avance !

Certains joueurs de 14 ou 15 ans ayant un fort potentiel s’engagent donc sous forme de contrat moral (commitment) avec des équipes, en se garantissant une bourse d’étude lorsqu’ils auront terminé leur lycée trois ou quatre années plus tard.

L’anticipation est donc de mise dans le recrutement des coaches afin de ne pas se faire « voler » un fort potentiel. Ceci est exacerbé dans les petites universités qui ne disposent pas de l’attrait ou de la notoriété d’une grande ; il s’agit donc de repérer au plus vite un jeune talent pour qu’il s’engage. Une fois qu’il a effectué son commitment, il jouera pour l’université en question une fois son diplôme du lycée obtenu.

Si le talent du joueur n’a pas encore éclos, il a tout intérêt à s’engager afin de ne pas payer sa scolarité à l’Université… sans attendre que d’autres sirènes viennent sonner à sa porte. Rares sont les bons joueurs recrutés lors de leur dernière année de lycée (high school Senior year). Ils sont déjà committed depuis quelques années.

C’est pourquoi les joueurs français et européens intéressés pour être student athletes aux USA doivent s’y prendre très tôt, l’entrée au lycée étant le meilleur moment, afin d’avoir encore l’opportunité de bénéficier d’une bourse pour les 4 années.

La saison sportive en college sports

Les sports dans les Universités Américaines s’organisent par saison : fall (automne), winter (hiver), spring (printemps). Le mois de juillet étant banalisé par les vacances scolaires.

Ce fonctionnement a été retenu au regard des infrastructures intérieures ou extérieures nécessaires aux activités sportives, mais également dans le but de ne pas mettre tous les sports en concurrence : logique marketing.

La saison de volley féminin se déroule par exemple  d’août à décembre (pour les meilleures équipes), en même temps que la saison de Foot US et le soccer. S’enchaîne la saison de volley masculin de janvier à mai, en même temps que le basketball, par exemple.

EXEMPLE D’UNE SAISON DE VOLLEY-BALL FÉMININ 

Au regard de l’étendue du territoire, la saison s’organise en plusieurs phases de façon chronologique.

  1. Preseason

Les Student Athletes reprennent le chemin de l’Université début août, trois semaines avant les étudiants « classiques ». Cette période sonne comme l’ouverture de la preseason. Cette phase est consacrée aux tests physiques, à la préparation physique et à la reprise des entraînements.

Les règles NCAA sont très strictes à tous les niveaux afin de garantir une équité pour toutes les équipes et protéger les étudiants. Aussi pendant cette période de trois semaines les coaches bénéficient-ils d’heures d’entraînement illimitées. C’est la seule fois de l’année où cela leur est permis. En conséquence, deux sessions d’entraînement sont le plus souvent programmées.

  1. Preseason games

À l’issue de cette période, les Student Athletes, à l’instar des autres étudiants, commencent les cours à l’Université.

Les premiers nommés bénéficient d’un emploi du temps aménagé : cours tous les matins de 7h30 à 13h30, repas, puis s’ensuit une grosse session d’entraînement de 2h30 environ.

À partir de la rentrée scolaire, les coaches sont contraints de se tenir à 20h d’entraînement par semaine, minutieusement contrôlées. Cette phase de preseason games dure 3 semaines et coïncide avec les matches de préparation.

  1. Conference Tournament

Le coup d’envoi officiel de la saison de conference a lieu mi-septembre. Elle s’étend jusqu’à mi-novembre avec des matches aller-retour, sur une fréquence de deux rencontres par semaine.

Si nous analysons plus précisément le volley-ball le féminin, qui reste le plus médiatisé, il y a 33 conférences en Division 1. Elles sont pour la plupart réparties géographiquement, mis à part les meilleures (« BIG 10 », « PACK 12 »), qui répondent plus à une logique mercantile, en terme de droits d’image télévisés par rapport au Foot US, sport roi au pays de l’Oncle Sam.

Une explication s’impose : il va de soi que tous les sports d’une même université sont regroupés dans la même conférence. Les principaux diffuseurs, comme ESPN (eh oui le sport universitaire est largement diffusé et suivi aux USA !), proposent des sommes astronomiques à certaines universités afin qu’elles rejoignent une conférence, et ce même s’il faut traverser le pays chaque semaine pour jouer!

  1. Conference Play-Offs

S’ensuivent les play-offs de conference pour les équipes classées de 1 à 8. Le vainqueur est sacré Conference Champion.

  1. NCAA Tournament

Le NCAA Tournament commence début décembre et réunit les 64 meilleures équipes du pays. Elles s’affrontent sous forme d’un tableau (bracket) réalisé en fonction des résultats de la saison de conference et du classement de cette dernière.

32e de finale, 16e, 8e et 1/4 de finale tout au long du mois de décembre.

  1. NCAA Final 4

Restent les 4 meilleures équipes qui se retrouvent lors du Final 4, avec deux jours de compétition juste avant Noël, dans une ville déterminée deux années à l’avance. Les deux 1/2 finales se disputant un même jour et la finale le lendemain.

Entre les matches et tout au long de la journée sont organisées toutes sortes de conférences d’une heure sur des thèmes aussi divers que variés et donnés par des experts de tout le pays. On peut par exemple retrouver « comment enseigner l’attaque basket », « comment défendre sur une pipe », « comment gérer les égos », « comment entrainer les – 12 ans » ou encore « comment lire les statistiques ». Ces conférences ont un succès fou auprès de tous les entraîneurs du pays qui se déplacent en masse pour assister à ces dernières. Les places sont chères, dans tous les sens du terme !

Côté sportif, le vainqueur de la finale est sacré NCAA Champion, avec casquettes et bagues pour chaque membre de l’équipe. Pour finir, la fameuse découpe du filet au ciseau, comme cela a coutume de se faire au basket sous le panier. Le tout devant plus de 25 000 spectateurs.

  1. Off season

Après cinq mois de saison effrénée avec plus de 35 matches pour les meilleures équipes, les étudiants, qu’ils soient Student Athletes ou classiques, ont environ un mois de vacances en janvier.

Ils reprennent ensuite les cours début février, ainsi que les entraînements. Ces derniers sont beaucoup plus spécifiques, individualisés et moins axés sur la préparation tactique collective. L’objectif premier est de travailler sur les points faibles des joueurs repérés pendant la saison.

Trois rencontres amicales sont prévues en mars/avril afin de contextualiser ces ajustements, mais sans impact sur un quelconque classement.

La suite au prochain épisode…



À découvrir en vidéo


En haut ↑